Émirats arabes unis: une édition très particulière du salon de l'armement s'achève

·3 min de lecture

À Abou Dhabi, aux Émirats arabes unis, c‘est une édition très particulière de l'Idex qui vient de fermer ses portes ce jeudi, en fin d'après-midi. Le plus grand salon de l‘armement au Moyen-Orient est l‘un des rares au monde à avoir été maintenu. Une occasion donc pour l‘industrie mondiale de la défense de présenter ses nouveautés et de signer de nouveaux contrats. Un événement aussi symbolique avec la première participation d‘Israël, conséquence directe de la normalisation entre l‘État hébreu et la monarchie du Golfe.

Avec notre correspondant à Abou Dhabi, Nicolas Keraudren

Malgré le contexte sanitaire actuel, les allées de l‘Idex à Abou Dhabi étaient pleines. Pour l‘industrie française de défense, la tenue de cet événement était primordiale. Comme l‘explique Benjamin Fafart, le directeur commercial de Teleflow, filiale du groupe Michelin : « Il est impératif pour la survie de notre industrie d‘être présent sur ce salon. »

Un point de vue d‘ailleurs partagé par Marin Tollet du groupe Arquus, spécialisé dans les véhicules militaires. « C‘est le premier salon qui se tient depuis Milipol Paris en novembre 2019, souligne-t-il. Ça faisait donc très longtemps qu’on n'avait pas eu l‘occasion de renouer le contact avec les clients et avec nos partenaires industriels. »

La participation des entreprises françaises à ce salon a d‘ailleurs été encouragée au plus haut niveau. « On a noté une très grande aide qui nous a été fournie par les services de l‘État. La ministre de la Défense elle-même a fait le déplacement. Une présence qui a été extrêmement appréciée », assure encore Marin Tollet.

Ce salon était donc aussi un rendez-vous politique. À noter également, la première participation d‘Israël. « Le principal message de notre présence ici, c‘est que nous sommes en mesure de coopérer, observe Eitan Na‘eh, le nouveau chargé d‘affaires de l‘État hébreu à Abou Dhabi. Et je pense que nous pouvons apprendre les uns des autres. Nous sommes donc prêts pour une coopération dans tous les secteurs. »

Avec un gros bémol toutefois. La délégation israélienne a dû annuler son déplacement pour cause de Covid.

Nouveau record pour les dépenses militaires mondiales

C'est un nouveau record pour les dépenses militaires mondiales en 2020 malgré la crise sanitaire et économique liée à la pandémie de Covid-19. Des chiffres qui émanent du rapport annuel publié ce jeudi matin de IISS, l’Institut international britannique d’études stratégiques.

Sur l'ensemble de l'année 2020, les dépenses militaires mondiales se sont élevées à 1 830 milliards de dollars. Ce chiffre est en progression de 3,9% par rapport à 2019, qui était déjà une année record.

Les Américains ont dépensé 738 milliards de dollars soit 40% des dépenses mondiales. La Chine occupe la seconde place avec 193 milliards de dollars, soit 10,5% des dépenses totales. Pékin a concentré ses dépenses militaires dans la marine en vue d’accroitre sa flotte. Une stratégie qui affirme ses prétentions territoriales en mer de Chine méridionale. Une réponse aux opérations américaines dans ce secteur, lieu de friction avec Washington.

En Europe, les dépenses de défense sont également à la hausse de +2% en 2020 pour faire face notamment à la Russie, considérée comme une menace croissante depuis l’annexion de la Crimée en 2014.

Cette tendance va se poursuivre en 2021, malgré la pandémie. Le Royaume-Uni, l’Allemagne et l’Italie ont annoncé une augmentation de leur budget de défense. L’orientation est la même pour la France. Dans sa loi de finances, l’exécutif français a inscrit une hausse de 1,7 milliard d’euros, pour atteindre un total de 39 milliards d’euros de dépenses militaires.