Ces élus de droite en service minimum

Libération.fr

Soutiens de Juppé ou de Le Maire, ils n’ont pas digéré que Fillon reste dans la course après sa mise en examen. Depuis, ils se tiennent à distance de la campagne, attendant le 23 avril pour reprendre du service.

Sur leur compte Twitter, ils annoncent l’inauguration d’une bibliothèque, font de la retape pour la prochaine braderie ou postent des photos de l’aménagement du nouveau rond-point. Pour prendre un peu d’avance, ce député Les Républicains, candidat aux élections législatives de juin, s’est fait photographier pour ses affiches de campagne - «voilà, voilà». Un de ses collègues : «Hier, je suis rentré à la maison à 17 heures, effectivement ça fait bizarre…» Quand on l’appelle, une autre encore répond en renvoyant par SMS une photo de son lieu de vacances.

Ce serait faux, bien sûr, de les imaginer oisifs. «Nous avons des mandats locaux, nous ne sommes pas désœuvrés, nuance Edouard Philippe, député et maire du Havre. C’est une situation surprenante, mais pas pénible à vivre.» Ils disent qu’ils ne vont «pas mal». Ils ne vont pas très bien non plus. Comme des responsables politiques qui, après cinq ans dans l’opposition, pensaient se balader dans une présidentielle qu’ils croyaient imperdable. Et qui, depuis un mois, se retrouvent en dehors de la campagne.

Ces élus Les Républicains ne roulaient pas pour François Fillon pendant la primaire. Pour la plupart soutiens d’Alain Juppé ou de Bruno Le Maire - et dans une moindre mesure de Nicolas Sarkozy -, ils se sont ralliés après l’élection de novembre, intégrant, pour certains, l’équipe de campagne. Les affaires révélées en janvier ont été dures à digérer, mais ils ont d’abord joué le jeu. En revanche lorsque, apprenant sa convocation par les juges en vue de sa mise en examen, le candidat LR a assuré qu’il se maintiendrait coûte que coûte, ces élus (jusqu’à 300, selon la recension qu’avait faite Libération) ont jeté le gant les uns après les autres, Bruno Le Maire en tête. La plupart n’ont pas pris leur ticket retour. Et (...)

Lire la suite sur Liberation.fr

Filteris, un algorithme de peu de poids
«Blue Whale Challenge» la rumeur déconstruite
Laurence Haïm, «analyse LH»
Socle
L’arrangeante théorie du «vote caché»

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages