Une élue du Rassemblement national quitte le parti: "le fonctionnement est délétère"

·2 min de lecture

Christelle Lechevalier, ancienne députée européenne du Rassemblement national, a annoncé sur son compte Twitter sa décision de quitter son parti, dont elle dénonce "le fonctionnement délétère".

Elle évoque une décision réfléchie depuis plusieurs mois. Christelle Lechevalier, conseillère régionale en Normandie et ancienne eurodéputée, a annoncé ce vendredi sur son compte Twitter son choix de quitter son parti, le Rassemblement national.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Si elle assure que sa sortie se fait "sans attaque personnelle", celle qui se désigne comme "conservatrice, souverainiste et chrétienne" ne manque pas d'arguments pour décrire ses points de divergence avec son désormais ancien parti: PMA pour toutes, Union européenne, laïcité, des sujets "intouchables" au sein du mouvement selon elle, au risque de "se faire virer". 

Parti "fourre-tout" 

Christelle Lechevalier, qui a occupé des fonctions de députée européenne de 2017 à 2019 en remplacement de Marine Le Pen, regrette la direction que prend aujourd'hui le parti d'extrême droite selon elle: "Le fonctionnement de ce parti est malheureusement délétère. Ne nous y trompons pas, il n'est pas dirigé par sa présidente mais par Hénin-Beaumont!" déclare-t-elle, en faisant référence au maire de la commune du Pas-de-Calais, Steeve Briois.

Elle évoque également une "Grande Purge", où 85% des cadres du parti ne seraient, selon elle, pas reconduits dans leurs fonctions, et critique vivement l'ouverture politique dont ferait preuve le Rassemblement national ces dernières années: "Tu veux nous rejoindre? Tu es communiste, insoumis, républicain, DLF, EELV, LaREM... Ne t'en fais pas, viens comme tu es, chez nous tu trouveras forcément un truc qui te plaira", ironise-t-elle, amère. 

Dans son communiqué, Christelle Lechevalier affirme enfin vouloir poursuivre son engagement "sans être muselée". Pour le moment, le Rassemblement national n'a pas réagi publiquement à cette annonce.

Article original publié sur BFMTV.com

Ce contenu peut également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles