Élu en Dordogne, le député Sébastien Peytavie fait son entrée à l'Assemblée en fauteuil roulant

Sébastien Peytavie, en 2019, lors de la campagne des européennes.  - Capture d'écran d'un reportage de France 3
Sébastien Peytavie, en 2019, lors de la campagne des européennes. - Capture d'écran d'un reportage de France 3

Il ne veut pas être réduit au titre de "député en fauteuil roulant". Mais parmi les nouveaux profils qui débarquent au Palais-Bourbon en ce mardi de rentrée parlementaire, deux jours après l'issue des législatives, celui du député élu dans la 4e circonscription de la Dordogne tranche encore au milieu tous ses confrères et consoeurs.

En effet, dans l'hémicycle renouvelé, Sébastien Peytavie, psychologue clinicien de 40 ans qui exerçait jusque-là à l'hôpital de Sarlat-la-Canéda, comme l'explique France 3, sera le seul député ainsi véhiculé, en raison de son handicap moteur.

Handicapé depuis l'âge de trois ans

Une situation inédite dans l'Hexagone depuis l'élection du révolutionnaire et membre du Comité de Salut public, Georges Couthon, à l'Assemblée législative et à la Convention il y a plus de deux cents ans.

Sébastien Peytavie a été opéré à trois ans pour un problème cardiaque. Des complications neutralisent alors ses jambes, selon France Bleu. Depuis, il a appris à vivre avec cette contrainte. Ce grand sportif est même devenu champion de France de rugby fauteuil. Entre autres activités, il a également passé dix ans auprès d'enfants eux-mêmes handicapés. "Prendre soin des autres, c'est ma vocation et c'est ma vie", a-t-il confié à France Bleu.

Militant au sein de Génération.s

L'intérêt général, il le rencontre d'abord à l'échelon local en intégrant le conseil municipal de Borrèze en 2008, 14 ans, donc, avant que les Périgourdains le propulsent au niveau national, en le sacrant député au second tour des législatives, nanti de 55,52% des suffrages exprimés. Investi par la Nupes au scrutin, cet homme de gauche a milité ces dernières années au sein de Génération.s dont il a même intégré les listes de candidats aux européennes de 2019.

S'il a alors échoué à monter à Strasbourg, il ira bien, cette fois, à Paris, fort de son mandat.

"C'est la plus belle fête des pères, c'est un être extraordinaire qui a toujours fait bouger les choses depuis qu'il est petit, c'est que du bonheur", a célébré son père auprès de l'antenne locale de France Bleu dimanche.

Premier combat

Justement, à Paris, il lui faudra d'entrée faire bouger quelques lignes. À l'ouverture de la législature en effet, les représentants sont d'abord placés par ordre alphabétique dans l'Hémicycle. Il faut attendre la constitution des groupes parlementaires et le discours de politique générale du chef de gouvernement pour que les élus se répartissent selon leurs sensibilités politiques.

Un détail qui n'en sera pas un pour Sébastien Peytavie lors des premières séances au Palais-Bourbon, car les "P" sont destinés aux rangées supérieures. L'occasion d'un premier combat pour le néo-député qui a affirmé à France Bleu qu'il demanderait des travaux ou prendrait l'initiative de se situer au bas des gradins, non loin du gouvernement.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles