Élisabeth Moreno : la ministre l’assure «évidemment qu'il y a un privilège blanc»

·1 min de lecture

En cette année 2020, placée sous le signe du coronavirus mais aussi de la lutte contre les violences racistes et policières (d'abord avec la mort de George Floyd aux États-Unis puis suite à l'agression du producteur Michel Zecler, tous deux pris pour cibles par des membres des forces de l'ordre), c'est une déclaration qui ne fera pas que des heureux. Face à Jean-Michel Aphatie, alors qu'elle était de passage sur l'antenne de LCI ce vendredi 25 décembre, Élisabeth Moreno a pris position contre le racisme en montant au créneau pour pointer le privilège blanc du doigt. Soit un terme selon lequel les personnes racisées font l'objet d'un comportement discriminatoire, notamment dans la recherche d'un emploi ou d'un logement, contrairement aux personnes blanches, qui sont exemptées de tout stéréotype lié à leur couleur de peau. "Évidemment qu'il y a un privilège blanc", a ainsi affirmé la ministre déléguée chargée de l'Égalité entre les femmes et les hommes, de la Diversité et de l'égalité des chances. Et d'interpeller son interlocuteur qui, en tant qu'homme blanc, saurait qu'il a "plus de chances." Mais si elle ne veut pas accabler ceux qui seraient favorisés par la société, la femme politique de 50 ans souhaite éveiller leurs consciences face à leurs privilèges.

"Ce qui est important, c'est de lutter contre ces inégalités", a ainsi poursuivi Élisabeth Moreno. Première étape pour les combattre ? "Il faut commencer par les reconnaître." Pour les plus réticents, la ministre déléguée tient (...)

Lire la suite sur le site de GALA

Laurent Delahousse : cette «grosse erreur» du gouvernement qu’il pointe du doigt
Ophélie Meunier dévoile une rare photo de son fils Joseph... il a bien grandi
VIDÉO - Nagui "au bout du rouleau" : la blague de trop ?
Donald Trump : son coup de grâce aux Américains avant de quitter la Maison-Blanche
Mimie Mathy se confie sur sa taille : "une différence" mais pas "un handicap"