Élisabeth Borne tête de liste de la majorité aux européennes 2024 ? La Première ministre répond

Le Premier ministre français Elisabeth Borne, ici à Strasbourg le 21 novembre, a balayé l’idée d’être tếte de liste de la mojorité aux européennes de juin 2024.
FREDERICK FLORIN / AFP Le Premier ministre français Elisabeth Borne, ici à Strasbourg le 21 novembre, a balayé l’idée d’être tếte de liste de la mojorité aux européennes de juin 2024.

POLITIQUE - « Ce n’est pas mon projet ». La Première ministre, Élisabeth Borne, a fermement repoussé ce mardi 21 novembre l’idée d’être la tête de liste de la majorité aux élections européennes de juin 2024, balayant ainsi les rumeurs sur sa possible candidature.

« Je ne doute pas qu’on aura une bonne tête de liste pour porter des projets auxquels, vous l’aurez compris, nous croyons beaucoup », a déclaré la cheffe du gouvernement dans un entretien avec les lecteurs des Dernières nouvelles d’Alsace en marge d’un déplacement à Strasbourg.

Séjourné, Breton, ou encore Boone ?

La rumeur d’une candidature d’Élisabeth Borne va de pair avec celle d’un remaniement gouvernemental qui refait surface après de nombreuses semaines de spéculations au printemps et finalement la confirmation de la cheffe du gouvernement en juillet.

Plusieurs noms circulent par ailleurs pour mener la liste de la majorité : Stéphane Séjourné, qui dirige le parti présidentiel Renaissance et qui est déjà eurodéputé, Thierry Breton, commissaire européen, ou Laurence Boone, secrétaire d’État chargée de l’Europe.

Dans un sondage OpinionWay paru lundi, la liste du Rassemblement national conduite par son président Jordan Bardella recueille 28 % d’intentions de vote, neuf points de plus que celle de la majorité. Outre le RN, d’autres partis comme les écologistes ou les communistes ont déjà annoncé leur tête de liste.

Au début du mois, Elisabeth Borne avait indiqué que la désignation de celui ou celle qui mènera la liste des partis de la majorité interviendrait « le moment venu ».

À voir également sur Le HuffPost :

Joël Guerriau mis en examen pour avoir drogué la députée Sandrine Josso, a livré une audition lunaire

De Thomas à Mourad, ces politiques se jettent sur les faits divers pour activer « un sentiment de peur »