Élisabeth Borne demande au gouvernement de "résister aux vents contraires"

Selon la Première ministre, le contexte international et national va nécessiter "de la résolution, de l'abnégation, de la résistance aux vents contraires, mais aussi de l'imagination".

Élisabeth Borne a demandé ce mercredi au gouvernement, lors du premier Conseil des ministres de 2023, de "résister aux vents contraires" alors que l'exécutif doit lancer plusieurs projets controversés au premier rang desquels celui des retraites.

Désireuse de "déployer l'ambition" du président de la République, la Première ministre a estimé que ses vœux n'étaient pas "légers" étant donné le contexte international et national qui "va demander à chacun ici de la résolution, de l'abnégation, de la résistance aux vents contraires, mais aussi de l'imagination", selon les plusieurs participants.

"Nous devrons donc être inventifs, partager les alternatives et les raisons de nos choix avec les Français, nous adapter à l'évolution permanente des situations, et en même temps garder le cap: celui que vous avez présenté et que les Français ont choisi", a développé Élisabeth Borne.

Quatre objectifs

Emmanuel Macron l'a remerciée pour ses voeux et a, à son tour, invité le gouvernement à "l'audace et à rester à l'écoute des préoccupations des Français", pour "(se) mettre à la place de chacun, au moment où nous réformons", a rapporté le porte-parole du gouvernement Olivier Véran lors du compte-rendu du Conseil des ministres.

Outre "l'anticipation et la réactivité", la Première ministre a fixé quatre objectifs à son gouvernement, dont celui de "réformer" notamment le système des retraites, qui sera, a-t-elle promis, "le fruit d'un dialogue social".

"Travailler progressivement plus longtemps permettra une amélioration des pensions" a fait valoir la cheffe du gouvernement qui doit présenter mardi les contours de ce projet, très contesté.

Elle a également cité les autres textes de loi à venir sur les énergies renouvelables, le nucléaire, les Jeux olympiques, ou encore l'immigration.

"Délivrer les engagements pris"

Son deuxième objectif est de "transformer et consolider" les services publics, notamment la santé, l'éducation et la justice, en "luttant pied à pied contre le sentiment, et parfois la réalité, de l'effritement de nos grands services publics, alors même que nous mobilisons de très lourds moyens pour les soutenir".

Élisabeth Borne a ensuite souhaité "mettre en oeuvre l'égalité des chances" et en dernier lieu "prendre pleinement le virage de la transition écologique" même si en la matière "ce sont des chantiers difficiles".

Sur la méthode, la cheffe du gouvernement, privée à l'Assemblée de majorité absolue, a dit sa volonté de "délivrer les engagements pris", d'avoir "le réflexe de l'interministériel" et de "travailler avec tous les acteurs", au-delà de la seule sphère de l'État.

"Désormais, c'est jusqu'à l'été que nous devons nous projeter, avec modestie mais aussi avec détermination", a-t-elle conclu.

Comme chaque année début janvier, les membres du gouvernement menés par Élisabeth Borne se sont d'abord retrouvés place Beauvau pour le traditionnel petit-déjeuner de rentrée au ministère de l'Intérieur, avant de rejoindre à pied le palais de l'Élysée situé juste en face.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Retraites : la stratégie d'Élisabeth Borne est-elle efficace ?