• Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Élisabeth Borne assure n'avoir "pas eu l'intention" de "blesser" une auditrice handicapée

Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

La Première ministre a réagi ce mercredi à ses propos tenus la veille, qui ont suscité une polémique, notamment à gauche.

Élisabeth Borne a assuré ce mercredi n'avoir "pas eu l'intention" de "blesser" une auditrice handicapée, à qui elle a suggéré de "peut-être reprendre une activité professionnelle" lors d'une émission la veille sur France Bleu.

"Ce que je veux dire c'est que si la personne - Dolorès en l'occurrence - a pu être blessée par mes propos, je le déplore. Je n'ai naturellement pas eu l'intention de la blesser", a déclaré la Première ministre, en marge d'un déplacement à Versailles.

Interpellée sur la "déconjugalisation" de l'allocation adulte handicapée

La veille, Élisabeth Borne avait dialogué avec "Dolorès" qui, émue, l'interpellait sur sa situation personnelle, et notamment sur la "déconjugalisation" de l'allocation adulte handicapée.

Rappelant que "des aides pour la vie courante", "qui sont pas du tout sous condition de ressources", existaient, la Première ministre a ensuite ajouté: "et il y a la façon dont on peut vous accompagner pour que vous puissiez peut-être reprendre une activité professionnelle. J'imagine que c'est quelque chose que vous pourriez souhaiter et là, il y a des structures dont c'est la responsabilité".

"Reprendre une vie professionnelle, vous savez, quand vous avez un fauteuil...", avait lancé en pleurs l'auditrice en retour.

Bronca à gauche

La réponse d'Élisabeth Borne a suscité la polémique, notamment à gauche, dans un contexte avivé par le premier tour des élections législatives de dimanche.

"Je ne suis pas surprise que Jean-Luc Mélenchon m'attaque et qu'il le fasse de façon violente car c'est un peu sa méthode", a souligné mercredi Élisabeth Borne. "J'ai depuis essayé de recontacter (l'auditrice), je n'ai pas réussi à la joindre mais mes équipes ont pu échanger longuement avec elle. Je mesure à quel point cette personne a eu un parcours de vie difficile et je redis qu'il faut l'accompagner, l'aider à surmonter ce moment très délicat pour elle", a-t-elle insisté.

Emmanuel Macron avait promis en avril de "bouger" sur l'individualisation de l'allocation adulte handicapés - c'est-à-dire son calcul sans tenir compte des revenus du conjoint -, une évolution que son gouvernement et sa majorité ont rejetée plusieurs fois l'an dernier.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Sandrine Rousseau: "Élisabeth Borne n'est pas de gauche"

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles