Éliminatoires Mondial 2022 : Andy Delort s’explique sur son absence en sélection avec l’Algérie

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Pointé du doigt mercredi 7 octobre par le sélectionneur Djamel Belmadi, qui regrette que Andy Delort mette entre parenthèses sa carrière internationale, le joueur de Nice est revenu sur les raisons de sa décision.

Alors que les rencontres qualificatives du Mondial 2022 s’enchaînent en cette fin de semaine, l’international algérien Andy Delort a défrayé la chronique en décidant de ne pas répondre au rendez-vous sa sélection avec laquelle il est devenu champion d'Afrique en 2019. Ce qui lui a valu les foudres du sélectionneur Djamel Belmadi.

La déception de Belmadi

« Il y a quatre ou cinq jours, il m'a envoyé un message, en accord avec son club, dans lequel il dit "privilégier son club pour réussir ce challenge et devenir titulaire en raison de la concurrence avec Dolberg et Gouiri" et "devoir mettre l'équipe nationale entre parenthèses, mais uniquement pendant un an". Et évidemment ne pas participer à la CAN. Ce qu'on m'avait dit un mois plus tôt m'a donc été confirmé par le joueur lui-même. De facto, il n'est plus sélectionnable. Peut-être dans un an, avec quelqu'un d'autre que moi ? Les choses sont évidentes pour moi », avait indiqué en conférence de presse le patron des Fennecs qui n’a pas manqué de montrer sa désapprobation.

« Pendant cette discussion houleuse où je lui ai dit que ce n'est pas comme ça qu'on fait, qu'il a affaire à une nation, à un pays qui lui a ouvert les bras, etc. Je l'ai blâmé, j'ai blâmé son club. Son directeur sportif m'a ensuite appelé. Ils sont tout à fait tranquilles sur le fait qu'ils souhaiteraient que leurs joueurs africains ne fassent pas la CAN. Ils le disent à leurs joueurs. C'est leur droit. Tant que c'est oral, c'est leur droit. Ce n'est peut-être pas éthique, c'est peut-être un manque de considération des sélections nationales et de l'Afrique, mais ils ont droit de dire ce qu'ils veulent. Après, on n'est pas obligé de l'accepter », indique Belmadi.

Delort parle d’une « longue réflexion »

Dans un entretien à L’Équipe, le joueur a répondu à son sélectionneur. Auteur de deux buts et d’une passe décisive depuis le début de saison avant son nouveau club de Nice, Delort parle d’une « longue réflexion ». « Je vais avoir 30 ans et je suis à un moment charnière de ma carrière : je viens d’arriver dans un club où l’exigence et la concurrence sont beaucoup plus élevées, je veux mettre toutes les chances de mon côté », avance l’ancien joueur de Montpellier. Delort n’a pas voulu commenter les propos de Djamel Belmadi et assuré que la supposée clause dans son contrat qui stipulait qu’il ne pourrait rejoindre sa sélection est « une pure invention ».

« J’espère simplement que mon choix sera compris, les gens me connaissent, je suis quelqu’un d’entier et je donne tout. Je pense que ce choix est important pour moi cette saison, mais je ne prends pas ma retraite internationale », dit Andy Delort.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles