Élevage. Des classes “pleines de poulets” : drôle de rentrée pour ces écoliers kényans

Daily Nation (Nairobi)
·2 min de lecture

Au Kenya, une partie des élèves ont retrouvé le chemin de l’école la semaine dernière, après six mois d’interruption des cours en raison du Covid-19. Mais dans le centre du pays, ils vont devoir cohabiter avec de drôles de compagnons, rapporte le Daily Nation.

Les écoles [ont partiellement rouvert lundi 12 octobre], mais le propriétaire de l’école primaire Mwea Brethren, dans le comté de Kirinyaga [au centre du Kenya], n’a pas l’intention d’arrêter progressivement son élevage de poulets pour recevoir les élèves. Joseph Maina, qui est aussi pasteur, a converti son école en élevage de poulets quand le gouvernement a ordonné la fermeture de tous les établissements scolaires à la suite de l’épidémie de Covid-19.

Les salles de classe ont été transformées en poulaillers, et le lieu compte plus de 5 000 poulets. Si M. Maina se dit prêt à recevoir les élèves, ceux-ci devront cohabiter avec les volailles tant que le gouvernement ne lui aura pas versé de fonds pour créer des espaces supplémentaires. Il confie :

Toutes les salles sont pleines de poulets qui ne sont pas encore prêts à être vendus. Je ne peux pas sacrifier mon élevage. Les élèves devront peut-être partager l’espace disponible avec eux. La vente des poulets devrait me rapporter suffisamment d’argent pour que je puisse remplir mes obligations financières.”

À lire aussi: Éducation. Au Kenya, redoublement pour tous les élèves à cause du Covid-19

Sans un sou

L’annonce de la fermeture de toutes les écoles l’a pris par surprise et il a dû rapidement trouver un moyen de gagner de l’argent pour survivre :

L’argent venait des frais de scolarité payés par les parents, et la fermeture de mon école m’a plongé dans une crise financière. J’ai dû trouver une solution très vite sous peine de graves difficultés. Nous ne refuserons pas les élèves, mais ils devront partager les salles de classe avec les poulets, parce que nous n’avons pas d’autre lieu pour eux.”

Quand les autorités

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :