Électrisé par son succès, Vélib’ cherche un second souffle

·1 min de lecture

La cour régionale des comptes a rendu la semaine dernière ses observations portant sur le déploiement des vélos en libre service à Paris et en banlieue, de 2017 à novembre 2019. Le constat est sévère en ce qui concerne le lancement catastrophique de Vélib’2 en 2018. Mais depuis ce départ chaotique – dont la responsabilité est selon les magistrats "partagée" entre la mairie de Paris (majoritaire dans le syndicat Vélib’), l’opérateur Smovengo et l’ancien opérateur JCDecaux – la situation s’est améliorée de façon spectaculaire.

Les derniers chiffres de location et d’abonnement au réseau le prouvent et suivent la forte progression de la pratique du vélo en général, boostée par le développement de nouvelles pistes cyclables mais aussi par la crainte des transports en commun en temps d’épidémie. En septembre 2020, Vélib’ a enregistré 200.000 courses par jour en moyenne, avec un record à 215.000. Il y a un an exactement, la moyenne était deux fois moins élevée. Le nombre d’abonnés à l’année a aussi fortement augmenté : ils sont plus de 400.000 actuellement, contre 145.000 en décembre 2018. Pour mémoire, la première version pilotée par JCDecaux culminait à 295.000 abonnés longue durée à la fin du contrat en décembre 2017.

"Il y a du mieux, vraiment, estime Sylvain Raifaud, nouveau président du syndicat mixte Autolib’Vélib’Métropole, élu le 2 octobre dernier. La situation n’est pas du tout critique comme elle l’était il y a quelques ...


Lire la suite sur LeJDD