Élections régionales: un sondage donne Laurent Wauquiez en tête en Auvergne-Rhône-Alpes

F.B.
·2 min de lecture
Laurent Wauquiez - AFP
Laurent Wauquiez - AFP

Le président LR d'Auvergne-Rhône-Alpes, Laurent Wauquiez, est donné en tête des élections régionales devant la liste du Rassemblement national, tandis que LaREM, EELV et le PS jouent des coudes au premier tour, selon un sondage OpinionWay publié ce lundi.

Pour le premier tour, 29% des personnes interrogées disent qu'elles voteraient pour la liste de Laurent Wauquiez si le scrutin se déroulait dimanche, 19% pour celle d'Andréa Kotarac (RN). Les listes menées par Bruno Bonnell (LaREM) et Fabienne Grébert (EELV) recueillent chacune 13% des intentions de vote, juste devant la socialiste Najat Vallaud-Belkacem (12%).

Au second tour, l'actuel président de la région Auvergne-Rhône-Alpes recueille 35% des suffrages en cas de quadrangulaire. Une liste d'union de la gauche (PS, EELV, PCF, LFI) menée par Najat Vallaud-Belkacem, qui a officialisé sa candidature le 14 mars, arrive en seconde position avec 27% des intentions de vote, devant le Rassemblement national (22%) et LaREM (16%). 20% des sondés n'expriment pas d'intention de vote au premier tour, 26% au second.

"Une reconnaissance du travail accompli"

"Ces résultats, c'est une reconnaissance du travail accompli. Ça montre que l'action menée par la Région correspond à ce que les gens attendent en cette période: du concret et de l'efficacité", a estimé la députée LR de Savoie, Emilie Bonnivard.

Najat Vallaud-Belkacem, l'ancienne ministre de l'Éducation nationale de François Hollande, plaidait pour une union de la gauche dès le premier tour pour espérer déboulonner Laurent Wauquiez, déjà en tête dans un précédent sondage à l'automne, mais la tête de liste EELV Fabienne Grébert lui avait répondu ne pas voir "de raison" de se ranger derrière elle.

Dans un avis émis ce lundi, le Conseil scientifique s'en remet au gouvernement pour décider de maintenir ou non les élections régionales en juin prochain malgré la crise sanitaire. "Les autorités publiques prendront les décisions qui leur incombent, lesquelles sont éminemment politiques s’agissant de l’organisation de scrutins électoraux", peut-on lire dans cet avis.

Article original publié sur BFMTV.com