Élections régionales en France: reporter ou pas?

·3 min de lecture

Le Conseil scientifique a rendu son rapport sur la situation sanitaire en France : il refuse de se prononcer sur la nécessité ou non d’un report des élections régionales prévues en juin. Le gouvernement envisage d’organiser un débat sur le sujet à l’Assemblée pour que les différents groupes politiques puissent exprimer leur point de vue. Mais les divisions sont importantes.

Avec Aurélien Devernoix, du service politique de RFI

L’équation est difficile à résoudre pour les partis d’opposition : impossible de vouloir maintenir à tout prix les régionales alors que la situation sanitaire ne cesse de se dégrader.

Mais pas question non plus de céder sur le calendrier d’un scrutin crucial pour certaines ambitions présidentielles, notamment à droite. « Ce que dit le Conseil scientifique, c'est que septembre n'entraînera pas une meilleure situation sanitaire que juin pour la tenue des élections. Moi, ce que je demande au gouvernement, ce n'est pas de trouver les moyens de refiler la patate chaude aux partis d'opposition, mais c'est de mettre tout le monde autour de la table pour déterminer les conditions sanitaires qui nous permettent de tenir ce scrutin », estime Damien Abad président du groupe Les Républicains à l’Assemblée.

Étalement du vote sur plusieurs jours, centres électoraux réservés aux personnes fragiles, les propositions existent selon Damien Abad. Mais Eric Coquerel du groupe la France Insoumise affiche un certain scepticisme : « S'il y a élection, il faut qu'il y ait une campagne si ce n'est normale, à peu près normale. Si on fait campagne, cela ne peut pas passer uniquement par le 2.0. C'est au gouvernement de nous dire s'il pense qu'au mois de mai, les choses se seront arrangées. Sinon nous aurons une élection avec un fort taux d'abstention et ce n'est pas bon pour la démocratie non plus. »

À lire aussi : Report des élections régionales en France: le Conseil scientifique renvoie la balle à l’exécutif

« On ne joue pas avec la démocratie »

De son coté, Matthieu Orphelin, tête de liste écologiste dans la région Pays de Loire, espère que « le gouvernement va renoncer à l'idée, notamment de certains à l'Élysée de dire : "On va déplacer les élections, on va déplacer à après l'été, on verra bien". Non, ce n'est pas possible de réfléchir comme ça. »

Pour l'ex-membre de LREM, « on ne joue pas avec la démocratie. Ce qui est important, c'est que le gouvernement prenne ses responsabilités et donne la possibilité que les élections se déroulent dans un protocole sanitaire hyper précis. »Le député réclame de « se donner les moyens d'avoir des opérations de vote qui ne permettent pas une accélération de la propagation du virus. Le rapport dit clairement qu'on saura faire ça. Le gouvernement, à maintenant deux mois des élections, doit arrêter de tergiverser. On y va. On fait les élections. On choisit le cadre. Et on laisse la vie démocratique de notre pays s'exprimer. »

Seul avis unanime : la volonté de voir le gouvernement réellement concerter les groupes politiques.

À lire également : Élections régionales en France : les casse-têtes de LaREM