Élections régionales en Catalogne: le Covid-19 a fait passer l'indépendance au second plan

·1 min de lecture

Alors que l’Espagne est encore frappée par la pandémie de Covid-19, la Catalogne se rend aux urnes dimanche 14 février. Face à la pandémie, qui a bouleversé les priorités de la société, les partis politiques ont été forcés à reléguer la question de la souveraineté de la région en second plan durant cette campagne.

Avec notre correspondante à Barcelone, Élise Gazengel

Trois ans après le référendum catalan jugé illégal par Madrid, les indépendantistes semblent à bout de souffle en pleine campagne électorale. Les sondages leur donnent une majorité, mais cette fragile entente pourrait ne pas se répéter comme l'explique Gemma Ubasart. Selon elle, les deux partis en coalition au pouvoir actuellement dans la région sont en crise.

« Ils ne partagent ni les mêmes projets pour l'indépendance, ni leurs politiques publiques et, en plus, ils ne s'entendent pas entre eux », explique la politologue.

De l'autre côté de l'échiquier politique, l'extrême-droite pourrait faire son entrée au Parlement catalan pour la première fois, avec Vox. Cela en s'appuyant sur un double discours.

« En Catalogne et en Espagne, Vox est aussi contre l'immigration et les lois d'égalité, mais moins qu'ailleurs dans le pays. Ici, ils sont surtout un parti nationaliste espagnol, mais version extrême », explique Toni Rodon, professeur de sciences politiques.

Les élections de dimanche seront aussi marquées par l'abstention, qui devrait beaucoup être plus importante qu'en 2017 à cause de la pandémie. Mais également dû à l'insatisfaction politique. Reste à savoir quelles alliances seront possibles pour former un nouveau gouvernement.

À écouter aussi : Élections régionales en Catalogne: quand le Covid-19 surpasse la question de l'indépendance