Élections palestiniennes: en Égypte, le Hamas et le Fatah entament des discussions

·2 min de lecture

Les rivaux du Hamas islamiste et du Fatah laïc ont entamé au Caire des discussions clés en vue des élections prévues cette année en Palestine, annonce la télévision d'État égyptienne ce lundi 8 février. L'objectif est de lever les obstacles à la tenues du scrutin législatif et de l'élection présidentielle.

2021 doit être une année importante dans les territoires palestiniens. Pour la première fois depuis 15 ans, des élections sont prévues : les législatives en mai, et la présidentielle fin juillet. Ces rendez-vous sont au coeur des discussions au Caire ce lundi.

14 factions palestiniennes, parmi lesquelles les rivaux du Hamas et du Fatah, ont entamé des discussions dans la capitale égyptienne, « avec la participation de toutes les factions sous les auspices du président Abdel Fattah al-Sissi », a annoncé la télévision d'État. Le Hamas l'a confirmé via un communiqué : « La délégation des cadres du mouvement de la résistance islamique Hamas est arrivée au Caire pour participer aux sessions du dialogue national qui débutent lundi. »

La Ligue arabe également réunie au Caire

Ces discussions ont pour objectif de lever les obstacles à la tenue des élections de 2021. Le système juridique et sécuritaire à adopter pour chaque scrutin, et le sort des électeurs de Jérusalem-Est – secteur occupé et annexé par Israël –, figurent parmi les questions épineuses à traiter.

Le vice-président du bureau politique du Hamas, Saleh Al-Arouri, est à la tête de la délégation envoyée au Caire. Et selon des informations de presse, une délégation du Fatah, menée par Jibril Rajoub, était déjà arrivé la veille dans la ville. Parallèlement à ces discussions, une réunion extraordinaire des ministres des Affaires étrangères de la Ligue des États arabes doit se tenir ce lundi, également au Caire, avec pour objet la question palestinienne.

Lors des dernières élections législatives palestiniennes, en 2006, le Hamas l'avait emporté. Une victoire non reconnue par le Fatah et qui avait mené à des affrontements sanglants entre les deux factions, puis à la naissance de deux systèmes politiques séparés : l'Autorité palestienne de Mahmoud Abbas (Fatah), qui siège en Cisjordanie occupée par Israël (2,8 millions de Palestiniens), et donc l'enclave de Gaza (2 millions d'habitants), dirigée par le Hamas et sous blocus israélien.

(avec AFP)