Publicité

Élections municipales en Turquie: les électeurs mécontents face à une inflation galopante

Des élections municipales auront lieu en Turquie ce dimanche 31 mars. Réélu l'an dernier, le président Erdogan espère parachever sa victoire en s'emparant des grandes villes, en particulier Istanbul, passée à l'opposition en 2019. Mais sa politique économique, qui devait ralentir l'inflation, a particulièrement déçu les électeurs.

Contrairement à ce que le chef de l'État turc avait espéré et promis, la nouvelle politique économique mise en place à l'été dernier n'a pas encore produit les effets escomptés. Les Turcs se rendent donc aux urnes dimanche 31 mars pour voter aux élections municipales avec une inflation toujours aussi forte, et même en hausse. Cette dernière suscite la colère chez ses opposants, mais aussi chez une partie des électeurs du pouvoir.

Juste après sa réélection l'an dernier, Recep Tayyip Erdogan avait en effet radicalement révisé sa politique économique. L'objectif était d'enrayer la très forte inflation et de présenter de bons résultats à l'approche des municipales. Principal outil : le taux directeur de la Banque centrale, qui a grimpé de 8,5 à 50% en neuf mois.

« Ce gouvernement a détruit notre pouvoir d'achat »

Pourtant, l'inflation n'a pas ralenti. Au contraire : la hausse des prix sur un an était de 40% avant les dernières élections, contre 67% le mois dernier. Les mesures tardent à faire effet, ce qui déçoit une partie des électeurs du président.


Lire la suite sur RFI