Publicité

Élections municipales en Turquie: «À Diyarbakir, il y a une domination écrasante du parti pro-kurde»

En Turquie, des élections municipales se tiennent ce dimanche 31 mars. Entretien avec Aurélien Denizeau, docteur en relations internationales et spécialiste de la Turquie, sur le poids du parti pro-kurde DEM dans le sud-est du pays.

Les Turcs sont invités à se rendre aux urnes ce dimanche 31 mars à l'occasion des élections municipales. Selon les enquêtes d'opinion, Istanbul et Ankara devraient rester aux mains de la principale formation d'opposition, le CHP. Dans les zones sud-est à majorité kurde, le DEM, ancien HDP et troisième force au Parlement, devrait rafler de nombreuses villes. Aurélien Denizeau, docteur en relations internationales et spécialiste de laTurquie, est à Diyarbakir, ville considérée comme la capitale historique et culturelle de la communauté kurde, pour suivre le déroulé du scrutin.

RFI : Dans quel contexte se sont préparées ces élections dans le sud-est de la Turquie ?

Aurélien Denizeau : À Diyarbakir, il y a une domination écrasante en terme électoral du parti pro-kurde. L'ancien HDP qui était menacé d'interdiction et qui est devenu le parti DEM pourrait facilement remporter 60 à 70% des votes à Diyarbakir. Mais il y a toujours le risque que certains de ses maires, une fois élus, soient accusés de complaisance avec le terrorisme par le gouvernement turc, et que ce dernier les relève de leurs fonctions et les remplace par des administrateurs, comme çela a déjà été fait durant la dernière période et ce qui est un vrai motif de colère et d'inquiétude ici.

Ces destitutions récurrentes d’élus du DEM n’ont pas entamé la motivation des électeurs ?


Lire la suite sur RFI

Lire aussi:
Turquie : Erdogan à la reconquête d'Istanbul
Élections municipales en Turquie: les électeurs mécontents face à une inflation galopante