Élections mexicaines: les fausses informations infiltrent la communication de campagne

En pleine période électorale, le Mexique subit de plein fouet le déversement des fausses informations. Le 2 juin, les Mexicains éliront président, députés, sénateurs, gouverneurs et conseils municipaux. Tout le long de la campagne, facilitée par l’émergence de nouvelles technologies, les fake news, fausses informations, et des campagnes de dénigrement sur les réseaux sociaux ont ciblé les candidats et particulièrement les candidats à la présidentielle. Aucun camp politique n’a été épargné.

Avec notre correspondante à Mexico, Gwendolina Duval

Sur ce compte TikTok à l’effigie du président Andrès Manuel Lopez Obrador et suivi par 350 000 personnes, des dizaines de vidéos illustrent des parties de jeux vidéo avec des phrases – très souvent des insultes – de la part des candidats. Ces voix hyper réalistes sont générées par l’intelligence artificielle.

Au Mexique, les réseaux sociaux sont remplis de faux contenus qui se propagent à une vitesse phénoménale, parfois relayée par les candidats eux-mêmes.

– « La candidate de Morena est une narco ! »

À tel point que les candidats essayent de renverser la situation et utilisent leurs démentis pour accuser leurs adversaires et parler à l’électorat sur les réseaux sociaux.

– « C’est faux, complètement faux, imaginez le niveau de mensonge ! »

La loi prévoit des sanctions qui peuvent aller jusqu’à six ans de prison pour les diffuseurs de fausses nouvelles le jour des élections.


Lire la suite sur RFI