Élections législatives : où en sont les discussions à gauche ?

© AFP

Des discussions qui s’éternisent. Alors que dimanche soir était annoncée comme la date butoir par tous les protagonistes pour une union entre les partis de gauche en vue des élections législatives, aucun accord n’a encore été signé entre La France insoumise, le Parti socialiste, Europe Ecologie-Les Verts, le NPA et le Parti communiste. Pour l’instant, seul Génération.s, mouvement fondé par Benoît Hamon en 2017 après son départ du PS, a signé jeudi un accord pour être sous la bannière commune de « L’Union populaire ». Les négociations pourraient se poursuivre la semaine prochaine.

Lire aussi - Législatives : de la gauche à l'extrême droite, le grand chambardement de la vie politique continue

Dans une interview au JDD publié vendredi soir , Jean-Luc Mélenchon se disait « optimiste » espérant que les négociations seraient réglées ce dimanche afin d’obtenir un accord national pour une majorité à l’Assemblée nationale, qu’il qualifie de « troisième tour social ». Malgré une décontraction affichée, il a cependant alerté les forces en présence : « L’Union populaire a rassemblé deux fois plus d’électeurs que l’ensemble des autres composantes de la gauche, et cinq fois plus que chacune d’entre elles. Pourtant nous garantissons à chacun l’existence d’un groupe à l’Assemblée nationale. Quoi de plus ? Les mauvais perdants seront jugés sévèrement. »

Et d’ajouter : « pour certains de nos partenaires, gagner, c’est une chimère. Ils ont la culture permanente de la défaite. Alors ils se la...


Lire la suite sur LeJDD

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles