Élections législatives : l'union des gauches est-elle possible ?

Les négociations sont ardues. Fort de son score de presque 22% au premier tour de l'élection présidentielle , La France insoumise (LFI) a entamé les discussions avec les partis de gauche - communiste, écologiste, le Parti socialiste et Nouveau Parti anticapitaliste - en vue de créer une union pour les législatives. L'objectif ? Obtenir la fonction de Premier ministre pour Jean-Luc Mélenchon et tenter de créer un gouvernement de cohabitation avec Emmanuel Macron en obtenant le plus de députés possible à l'Assemblée nationale. Néanmoins, les discussions s'avèrent difficiles avec le Parti socialiste (PS) et Europe Écologie-Les Verts (EELV) en désaccord avec certains points programmatiques de La France insoumise.

Des négociations compliquées entre EELV et LFI

Du côté d'Europe Ecologie les Verts (EELV), les cadres du parti doutent de la sincérité des intentions de La France insoumise. "On se demande s'il y a une sincérité dans la volonté d'aller chercher cette majorité alternative. C'est cela l'enjeu. Veulent-ils se donner les moyens de gagner ? Est-ce qu'ils souhaitent vraiment que Jean-Luc Mélenchon soit le Premier ministre ?", déclare Julien Bayou, secrétaire national d'EELV.

>> LIRE AUSSI - Élections législatives : Marseille comme exemple de l'union des gauches ?

Selon un cadre d'EELV, les demandes de La France insoumise sont inacceptables et aucun n'effort n'est effectué afin de faciliter l'union, tant sur le programme que sur la répartition des sièges. Ils abusen...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles