Élections générales au Kenya: la commission électorale promet «un scrutin libre et crédible»

En 2017, fait sans précédent dans l’Histoire africaine, la Cour suprême avait annulé le scrutin, reprochant à la commission électorale (IEBC) d’avoir « échoué » à conduire des élections respectueuses de la Constitution. Cette fois, son président promet « un scrutin libre et crédible ». Il a donné une conférence de presse ce lundi.

Le mot d’ordre pour la commission électorale kényane est clair, à une semaine du vote : rassurer, rapporte notre correspondante à Nairobi, Florence Morice. « Je veux confirmer ici et au monde entier que nous sommes prêts à donner aux Kényans ce qu'ils méritent : une élection libre, équitable et crédible, a déclaré Wafula Chebukati, le président de cette commission. Et pas seulement cela. Nous voulons le faire de manière transparente et responsable. »

Devant la presse, le commissaire Francis Wangeri a longuement détaillé les mesures de sécurité prises pour éviter une répétition du scénario de 2017, en insistant sur ce qui avait été le plus problématique : la transmission des résultats. « Les gens qui parlent de possibles tricheries ont sans doute en tête les événements de 2013 et peut-être de 2017. Mais pour ces élections de 2022, nous sommes quasiment sûrs à 100 % que personne ne pourra tricher. Car les résultats annoncés dans les bureaux de vote seront définitifs. Même le président de la commission ne pourra pas les modifier. »

La confiance des Kényans dans la commission reste toutefois mesurée. Selon un récent sondage de l’institut Tifa, plus de la moitié des électeurs jugent « assez probables » qu’un candidat qui aurait perdu le scrutin soit déclaré gagnant.


Lire la suite sur RFI

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles