Élections : en France, l’abstention systématique a augmenté en 20 ans selon l’Insee

© KONRAD K./SIPA

Lors du second tour de l’élection présidentielle, le 24 avril 2002, le taux d’abstention s’élevait à 28,01 %. Un taux qui n’avait pas atteint le sommet de 1969, mais illustrait une abstention enregistrant encore une nette progression. Ce jeudi, l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) a publié une étude dans laquelle il alerte sur une hausse constante de l’abstention systématique. En effet, le taux d’électeurs inscrits s’abstenant à chaque tour des élections nationales ne cesse d’augmenter passant de 12 % en 2002 à 16 % vingt ans plus tard. Lors des différents tours des législatives et de la présidentielle, cette abstention systématique « devient plus fréquente au fil des scrutins, à l’exception des élections de 2007 », précise l’institut.

Lire aussi - Présidentielle 2027 : Philippe, Bertrand, Wauquiez… Ceux qui se préparent déjà

Le vote intermittent privilégié

Entre 2002 et 2012, le comportement dominant était différent. Les électeurs n’avaient aucun mal à voter dans la même année à tous les tours des élections nationales. « 48 % ou plus des inscrits sur les listes électorales », indique l'Insee. En 2017, un changement s’opère dans les habitudes de vote. Le vote intermittent dépasse désormais le vote systématique, représentant « respectivement 47 % et 37 % » des électeurs inscrits en 2022. Cette habitue s’est confirmée en 2022, malgré « une diminution entre 2017 et 2022 ».

Un facteur important : l’âge

« Les écarts de participation selon l’âg...


Lire la suite sur LeJDD