Élections européennes : entre refus des banques et appels aux dons, comment les partis financent leur campagne

Noémie Bonnin
Alors que les partis lancent leur campagne pour les élections européennes organisées en France le 26 mai, la question du financement est problématique pour de nombreuses formations.

C'est presque devenu une rengaine depuis quelques temps : les partis politiques se plaignent de rencontrer de grosses difficultés pour financer leur campagne électorale. Alors que les élections européennes se rapprochent (26 mai en France), ils sont plusieurs à regretter notamment les conditions imposées par les banques pour leur accorder des prêts.

Il n'y a pas de budget minimum obligatoire pour se lancer aux élections. Mais le coût d'une campagne est important pour un parti : il faut payer les professions de foi, les bulletins de vote, les affiches, les déplacements, les frais de fonctionnement, d'éventuelles locations de salles pour les réunions publiques, etc. Plusieurs estiment ces dépenses à un million d'euros environ. À l'inverse, il existe un plafond : les partis n'ont pas le droit de dépasser 9,2 millions d'euros de dépenses. Pour ces élections européennes, seules les listes qui obtiendront au moins 3% des voix pourront prétendre à un remboursement de leurs frais de campagne par l'État. Pour leur accorder un prêt, les banques réclament à chacun des partis trois sondages où il est crédité d'au moins 7% des voix.

>> Élections européennes : si vous obtenez plus de 15/20 à ce quiz, direction Strasbourg, vous êtes brillamment élu au Parlement (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi