Publicité

Élections européennes : Bardella prévoit de solliciter la dissolution de l'Assemblée s’il arrive en tête

Trois jours après l’attaque au couteau perpétrée à la gare de Lyon, qui a fait trois blessés dont un grièvement, Jordan Bardella a fustigé au micro de RTL, mardi 6 février, la décision du Parquet national antiterroriste de ne pas retenir la qualification terroriste de l’acte. « Je suis effaré de voir que la justice ne retient ni le caractère terroriste ni le caractère raciste », a-t-il dénoncé.

À lire aussi Attaque à la gare de Lyon : l’assaillant reconnaît avoir prémédité son acte

« Cet individu a exprimé à plusieurs reprises sur les réseaux sociaux sa haine des Français et de la France », a poursuivi le président du Rassemblement national, qui a appelé à rétablir « des contrôles aux frontières pour les ressortissants extra-européens ». « Il y a 120 attaques au couteau par jour et 1 000 agressions quotidiennes », a-t-il déploré, avant d’ajouter : « Il faut un tournant sécuritaire, migratoire et pénal. »

« Tout ce que subissent les Français dans leur quotidien se décide à Bruxelles »

Pour que ce « tournant » puisse voir le jour, la tête de liste du Rassemblement national aux élections européennes de 2024 a appelé les Français à se déplacer dans les bureaux de votes le 9 juin prochain pour « se saisir de la censure du gouvernement ». « Si nous arrivons en tête, il faudra une dissolution de l’Assemblée », a-t-il poursuivi, qualifiant ce vote d’« élections de mi-mandat ».

À lire aussi Pouvoir d’achat, immigration… Jordan Bardella « souhaite débattre avec Gabr...


Lire la suite sur LeJDD