Élections européennes: en Allemagne, pas de bouleversements majeurs attendus

Les élections européennes ne devraient pas être synonymes de bouleversements majeurs en Allemagne, comparé au scrutin d’il y a cinq ans. C’est déjà l’après campagne qui occupe les esprits avec l’avenir de la présidente sortante de la Commission européenne, candidate à sa succession, l’Allemande Ursula von der Leyen.

Avec notre correspondant à Berlin, Pascal Thibault

Les chrétiens-démocrates seront à nouveau les grands gagnants de cette élection européenne. CDU et CSU enverront à Bruxelles avec l’Italie le plus fort contingent du groupe conservateur PPE. Les sondages créditent la droite allemande d’environ 30% des voix. Une bonne base par ailleurs pour reprendre le pouvoir dans 15 mois à Berlin.

Une dernière étude donne trois partis ex æquo à 14%. La percée tant redoutée du parti d’extrême-droite AfD, 23% au début de l’année, restera modeste. Le SPD du chancelier Scholz conserve son médiocre résultat d’il y a cinq ans. Les Verts allemands qui avaient réalisé un score historique en 2019, sont menacés ce soir par un recul sensible qui réduira le poids du groupe écologiste au Parlement européen. La coalition au pouvoir ne devrait recueillir qu’environ un tiers des suffrages ce dimanche soir. Une sanction sévère.

À lire aussiEuropéennes: le nouveau parti Dava veut représenter les Turcs d'Allemagne au Parlement européen

Quel avenir pour Ursula von der Leyen ?


Lire la suite sur RFI