Élections au Qatar en 2021 : un signal majeur d'ouverture politique !

Par un collectif de députés
·1 min de lecture
À l’occasion de la 49e session du Majlis al-Choura, l’émir du Qatar, Tamim al-Thani, a annoncé mardi que les deux tiers de ses membres seraient élus au suffrage universel.
À l’occasion de la 49e session du Majlis al-Choura, l’émir du Qatar, Tamim al-Thani, a annoncé mardi que les deux tiers de ses membres seraient élus au suffrage universel.

Pour nous députés français qui suivons avec beaucoup d'attention les relations internationales, nous ne pouvons que nous réjouir dès qu'une avancée politique majeure survient dans le monde, en particulier dans cette région complexe et souvent sous tension. Il n'y a pas d'alternative viable à une démocratisation progressive du Moyen-Orient pour assurer le bien-être de chacun et la stabilité régionale. Mais chaque nation doit pouvoir progresser à son rythme et en fonction de nombreux paramètres qui lui sont propres.

La France a d'importantes relations traditionnelles avec les pays du golfe Persique. C'est notre engagement en qualité de représentants des Français, et des valeurs universalistes portées par la France d'encourager toute avancée majeure pour la démocratie dans le monde.

Dernièrement, l'annonce par l'émir du Qatar, Tamim al-Thani, lors de l'ouverture de la 49e session du Conseil de la Choura, de sa décision de tenir des élections en 2021 dans son pays, est un nouveau pas majeur pour la stabilité et l'ouverture de cet émirat. On peut déjà dire que c'est une évolution politique très importante qui est en train de se mettre en place là-bas depuis quelques années. Cela avait débuté notamment avec la mise en place d'un droit du travail qui n'existe nulle part dans la région, afin de protéger les salariés étrangers, qui travaillent souvent dans des conditions difficiles. Le Qatar pousse aussi l'éducation en ouvrant des partenariats avec des universités oc [...] Lire la suite