Burkina Faso : les Burkinabè ont voté, malgré la menace djihadiste

Par Le Point Afrique
·1 min de lecture
Les électeurs burkinabè sont appelés aux urnes ce dimanche, mais le contexte, marqué par la pandémie de coronavirus et une profonde crise sécuritaire, est particulièrement difficile.
Les électeurs burkinabè sont appelés aux urnes ce dimanche, mais le contexte, marqué par la pandémie de coronavirus et une profonde crise sécuritaire, est particulièrement difficile.

Dimanche 22 novembre, quelque 6,5 millions de Burkinabè se sont rendus aux urnes pour élire à la fois leur nouveau président et leurs députés. Jusqu'au dernier moment, le pays aura vibré au rythme de la campagne et des préparatifs. Au total, 21 155 kits de matériel, notamment les bulletins de vote et les procès-verbaux, ont été distribués. Pour organiser ces élections, le budget a été révisé à 90 milliards de francs CFA soit 13 millions d'euros.

Treize candidats, dont le président sortant Roch Marc Christian Kaboré, sont en lice. Concernant le scrutin législatif, 96 partis, cinq formations politiques et 25 regroupements d'indépendants, soit 10 652 candidats, se disputent les sièges.

10 600 observateurs internationaux et nationaux ont été déployé sur le terrain avec pour objectif essentiel de s'assurer du bon déroulement du processus électoral en vue d'une élection libre, transparente et crédible. La Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest, qui a déployé 80 observateurs a appelé les candidats à éviter de faire des auto-proclamations. « Tant que le dépouillement n'est pas terminé, tant que la compilation est en cours, il vaut mieux éviter de faire des auto-proclamations », a conseillé le commissaire aux affaires politiques, paix et sécurité de l'institution sous-régionale, le général Francis Behanzin.

La Ceni a assuré qu'elle tâchera de proclamer les premiers résultats du scrutin au lendemain du double scrutin, soit le 23 novembre, comme ce fut [...] Lire la suite