Brésil: après une journée tendue, les bureaux de vote sont fermés

AP - Bruna Prado

Les bureaux de vote ont fermé, au Brésil, et à l'heure prévue, 21 heures à Paris, ce dimanche 30 octobre, après une journée de scrutin délicate émaillée d'incidents impliquant la police fédérale des routes (PRF). Les résultats de ce deuxième tour de l'élection présidentielle, entre Lula da Silva et Jair Bolsonaro, sont attendus plus tard en soirée.

De longues files d'attente pour départager le chef de l'État sortant et son prédécesseur, dans un pays où le vote est autorisé à partir de 16 ans, et obligatoire à partir de 18 ans.

Quelque 156 millions d'électeurs étaient appelés aux urnes, ce dimanche au Brésil, et toute la question est de savoir si chacun a bien pu accéder à son bureau de vote pour s'exprimer.

Dans l'ensemble du pays, selon notre correspondant à São Paulo, Martin Bernard, les opérations se sont bien déroulées, jusqu'à ce qu'une polémique n'éclate au beau milieu de cette journée cruciale.

Pour faire barrage à l'abstention, et encourager la participation, les autorités avaient pris des mesures. D'abord, les transports en commun étaient gratuits. Il y a eu une certaine résistance dans une ville à cette mesure, mais finalement cela a été mis en place. Surtout, la justice avait interdit à la police de faire des contrôles routiers. Or, dans une région en particulier, des irrégularités ont été signalées à ce sujet.

Et cette région, c'est le Nordeste, la région natale de Lula et la plus pauvre du Brésil, où la gauche est la plus forte, et où l'on a dénombré un certain nombre de contrôles illégaux instaurés par la police des routes.

« Pas eu d'atteinte au droit de vote »


Lire la suite sur RFI