Élections américaines: les mormons de l’Arizona vont-ils voter pour Trump?

·4 min de lecture

L’Arizona, qui compte 11 grands électeurs, est un État pivot de 2020. Dans cet État, la communauté mormone compte pour 6% de la population. Traditionnellement conservateurs et acquis aux républicains, certains d’entre eux ont décidé de voter Joe Biden cette année, rebutés par l'attitude et les prises de position du président Donald Trump.

De notre envoyée spéciale en Arizona,

Les pancartes « Républicains de l’Arizona pour Biden » que Daniel et Nan Barker ont placées devant leur maison détonnent dans ce quartier traditionnellement républicain de Gilbert, près de Phoenix. Mais pour ce couple membre de l'Église de Jésus-Christ des Saints des derniers jours, nom officiel de la religion mormone, impossible de voter Donald Trump.

« Certains me disent de passer par-dessus sa personnalité et de ne voir que sa politique. Mais ce n'est pas juste une question de personnalité. L’un des principes de notre Église c’est de construire des ponts, de respecter les autres. Et Donald Trump n’a aucune de ces qualités », explique ce juge en Cour d’appel à la retraite.

►À écouter aussi : Invité international - Présidentielle américaine : « Les sondages, globalement, ne bougent pas »

« Le plus grave pour moi, c’est son manque d’honnêteté », renchérit son épouse. « Nous avons cinq enfants à qui nous avons toujours appris que l’honnêteté et le respect étaient les valeurs cardinales. Dès le premier jour, on a compris que ce n’étaient pas des choses qui comptaient pour Donald Trump ».

« On a perdu beaucoup d’amis »

Le couple Barker a lancé le mouvement « Les républicains de l’Arizona qui croient au fait de traiter les autres avec respect », abrégé sur les pancartes en « Républicains de l’Arizona pour Biden ». Mais cette décision a été très mal acceptée au sein de leur communauté.

« Les gens ont été cruels, vraiment méchants. Nous avons perdu, littéralement, des centaines d’amis avec qui nous travaillions au sein de notre Église depuis des décennies. Pour le seul fait de voter Joe Biden cette année, on nous a qualifiés de "tueurs de bébés" », explique Nan Barker, émue. Elle précise que ses voisins de Gilbert, qui ne font pas partie de l’Eglise, ont été beaucoup plus compréhensifs.

Impossible d'évaluer l'ampleur du rejet du candidat républicain chez les mormons. Certains de leurs enfants vont voter pour Donald Trump, « ce qui rend les dîners de famille intéressants », sourit-elle. Nan et Daniel Barker soutiennent que quelque 500 personnes se sont impliquées dans leur mouvement, de la distribution de pancartes à la participation financière.

Une minorité donc, dans une communauté qui compte en Arizona plus de 400 000 membres. « C’est tout de même un chiffre considérable pour des personnes comme nous qui ont décidé de contourner le système établi », insiste Daniel, qui se considère toujours comme un républicain. « C’est notre parti aussi ! On n’est juste pas d’accord avec le choix de candidat ». L’Église de Jésus-Christ des Saints des derniers jours ne prend officiellement pas position.

« Donald Trump est en phase avec nos valeurs »

À quelque 300 kilomètres au sud de Phoenix, à Yuma, vivent Jonathan Lines, sa femme et leurs 11 enfants. Ancien président du Parti républicain d’Arizona, et actuellement candidat au poste de superviseur du comté de Yuma, il est l’un des premiers supporters de Donald Trump et est activement impliqué dans sa campagne. « Il a le programme, les politiques, qui correspondent le plus à ce que nos pères fondateurs avaient en tête », explique Jonathan Lines.

« Dans notre Église, nous sommes fermement opposés à l'avortement et à d’autres choses promues par les démocrates. Donald Trump a placé trois juges à la Cour suprême, ça compte beaucoup pour moi, je lui suis éternellement reconnaissant ». Il souligne néanmoins que chaque membre de l’Eglise mormone est libre de ses choix. « Je respecte le fait que chacun vote en conscience, même si je ne partage pas leurs opinions. Certains membres de notre Église avaient déjà voté Hillary Clinton ».

Donald Trump et sa famille ont multiplié les messages en direction de la communauté mormone, organisé de nombreuses tables rondes. La désaffection de certains d’entre eux est une mauvaise nouvelle pour le président, car chaque voix va compter en Arizona. En 2016, Donald Trump n’avait remporté l’État qu’avec 91 000 voix d’avance.

►À écouter aussi : Good morning d’Arizona, l'État va-t-il basculer grâce au vote latino ?