Élections en Afrique du Sud: «L'ANC a fini par perdre le contact avec la population»

C’est la fin d’une hégémonie politique en Afrique du Sud. Le Congrès national africain (ANC), le parti de Nelson Mandela, n’est plus en mesure de gouverner seul. Avec seulement 159 sièges sur 400 au Parlement, il perd sa majorité et va devoir former une coalition.

L'ANC au pouvoir en Afrique du Sud depuis trente ans a perdu sa majorité absolue au Parlement pour la première fois de son histoire, ne recueillant que 159 sièges sur 400, selon les résultats officiels annoncés dimanche par la commission électorale. L'Alliance démocratique (DA), premier parti d'opposition, a obtenu 87 députés.

Cette érosion de l'ANC a profité au parti uMkhonto weSizwe (MK) de Jacob Zuma, qui obtient 58 sièges. Le MK est le phénomène de ces élections seulement cinq mois après son lancement, explique notre correspondant à Johannesburg, Romain Chanson. Une formation sans réelle structure ni figure politique connue, excepté l'ancien président Jacob Zuma qui n’était pas candidat. Ce dernier conteste d'ailleurs les résultats, tout comme 25 autres petits partis qui exigent un recomptage de voix.

À lire aussiAfrique du Sud : surprise du scrutin, le parti MK de l'ex-président Zuma conteste les résultats


Lire la suite sur RFI