Élection "orientée", favoritisme...Les accusations de Miss Champagne-Ardenne sur Miss France

·2 min de lecture

Gwenegann Saillard, Miss Champagne-Ardenne 2020, a affirmé que le comité Miss France favorisait certaines régions et des Miss par rapport à d'autres. Ce que dément Sylvie Tellier. 

Une énième polémique pour le concours Miss France 2021? Quelques jours après l'élection qui s'est déroulée au Puy du Fou et qui s'est terminée par le couronnement de la Normande Amandine Petit, Miss Champagne-Ardenne accuse le comité Miss France de ne pas réserver le même traitement à chacune des candidates, et de n'en mettre que quelques-unes sous les projecteurs. «J’ai pu constater que les candidates ne sont pas sur un pied d’égalité. Tout dépend de la région qu’elles représentent. L’impression – partagée par beaucoup – est que les filles qui dépendent d’un "petit" comité sont réduites à un rôle de figuration. C’est vrai pour la Champagne-Ardenne mais aussi pour l’Auvergne ou le Limousin, dont on se fout. À l’opposé, d’autres candidates sont favorisées – les filles du Nord et du Sud. À plusieurs reprises, j’ai eu le sentiment d’être mise à l’écart», a confié Gwenegann Saillard à «L'Est Républicain».

A lire aussi : Amandine Petit : «Cette écharpe va m'apporter encore plus de confiance en moi»

La jeune étudiante de 21 ans affirme encore que certaines Miss apparaissent plus à l'écran ou ont été favorisées grâce à leur ordre de passage lors des chorégraphies, en particulier lors du défilé en maillot de bain. «Certaines filles bénéficient d’une grande "visibilité"; d’autres n’en ont au contraire aucune, a-t-elle regretté. On m’aperçoit peu à l’image alors que d’autres candidates sont mises en avant». Elle cite aussi un déséquilibre de traitement en coulisses lors de la mise en beauté car certaines «étaient coiffées et maquillées par les "chefs", les autres par des apprentis. L’élection semble donc orientée. Il est faux de dire qu’elle se joue le soir-même», a-t-elle insisté.

La réponse de Sylvie Tellier

La jeune femme(...)


Lire la suite sur Paris Match