Non, ces élèves ne fuient pas une campagne de vaccination contre le Covid-19 au Nigeria

·3 min de lecture

Une vidéo publiée sur Facebook le 26 janvier mais qu’on retrouve également sur Twitter et YouTube prétend montrer un mouvement de panique parmi les élèves d’une école au Nigeria. Selon différentes publications, ces derniers "fuient la vaccination Covid-19". Mais ces images n’ont absolument rien à voir avec les campagnes de vaccination contre le virus et montrent un incident datant de mai 2019.

La vidéo dévoile un impressionnant mouvement de foule au sein d’un établissement scolaire au Nigeria. La scène est d’autant plus surréaliste qu’on y voit même certains élèves se jeter du premier étage du bâtiment scolaire tandis que d’autres courent paniqués dans la cour de l’établissement.

Sur les réseaux sociaux, les légendes accompagnant la vidéo affirment qu’il s’agirait "d’élèves qui fuient la vaccination Covid-19".

Les occurrences de la vidéo publiées sur les réseaux sociaux n’ont pas été partagées massivement. Sur Twitter et Facebook, elles n’ont été likées que centaines de fois au total. Mais elle a été signalée à plusieurs reprises sur les canaux WhatsApp et Messenger de la rédaction des Observateurs de France 24 par des internautes.

Pourquoi c’est faux

Une recherche d’images inversée grâce à l’outil Invid (voir comment faire) permet de remonter à l’une des plus vieilles occurrences sur Facebook de la vidéo datant de mai 2019. On peut lire en titre de cette vidéo en anglais : "Un étudiant SS2 de l’école secondaire CSS Oroworokwu, à Port Harcourt, a apporté des armes à feu et des grenades lacrymogènes pour un affrontement entre les étudiants SS2 et les étudiants SS3. Tout en le montrant à ses camarades de classe, il a fait exploser sans le savoir l'un des gaz lacrymogènes de la grenade et a ouvert les portes de l’enfer !" (sic).

En tapant le nom de cette école sur Google, on retrouve des photos qui correspondent bien à ce qu’on peut voir dans la vidéo : un bâtiment à deux étages peint en jaune, portes de salles de classe et toitures peintes en vert.

En recherchant des informations à partir des indices présents dans le titre de la vidéo Facebook, il est possible de retrouver un article publié par le site en pidgin de BBC, créole à base lexicale anglaise, parlé au Nigeria. La scène s'est déroulée le 23 mai 2019 dans le collège d’enseignement secondaire Oroworukwo situé à Diobu, un quartier populaire de Port-Harcourt, dans l’État de Rivers. Selon le média britannique qui rapporte un communiqué de la police locale, une grenade lacrymogène apportée par un élève au sein de l’établissement aurait été malencontreusement déclenchée par un autre de ses camarades, provoquant ce grand mouvement de panique.

À l’époque, la vidéo de la scène devenue virale sur les réseaux sociaux avait nourri la thèse d’une attaque perpétrée par des élèves ayant fait allégeance à une secte jihadiste. Ce qu’a démenti la police après une enquête. Les deux élèves fautifs âgés de 18 et 17 ans avaient aussi été mis aux arrêts.

Nous n’avons pas pu joindre des élèves témoins de la scène. Cependant, la rédaction des Observateurs de France 24 a pu contacter une commerçante dont la boutique se situe dans Wokogoloma Street, la même rue que le collège Oroworukwo qui a pu confirmer les faits.

En résumé : une scène antérieure à la pandémie de Covid-19

Conclusion : la scène est donc bien antérieure à la période de crise sanitaire liée à la pandémie du coronavirus, qui a débuté en décembre 2019 en Chine, avant de se propager dans le monde entier pendant la première moitié de l’année 2020.

De nombreuses fausses informations autour du vaccin contre le Covid-19 ont émergé dès avril 2020 notamment notamment en République démocratique du Congo, où des internautes n’hésitent pas à diffuser de fausses informations pour influencer l’opinion publique.