Élèves handicapés : coup de gueule de Ruffin après le rejet d’une proposition de loi

Le Parisien

François Ruffin, le député de la France insoumise, a accusé les députés LREM qui ont rejeté le texte de voter « comme des Playmobil ».


L’Assemblée nationale a rejeté jeudi soir une proposition de loi LR en faveur de l’accompagnement des enfants en situation de handicap. Une « infamie » selon François Ruffin, le député La France insoumise.

Cette proposition de loi portée par le député LR Aurélien Pradié visait notamment à mieux rémunérer les accompagnants d’enfants en situation de handicap afin de mieux les scolariser. L’élu du Lot a rappelé que « le nombre d’élèves (en situation de handicap) accueillis est passé d’environ 100 000 en 2006 à 340 000 en 2018 » et que de nombreux élèves sont restés sans solution d’accompagnement à la rentrée. « Personne ne peut décemment regarder dans les yeux ces familles, ces enfants, ces adolescents, ces accompagnants et leur dire que l’urgence est ailleurs », a plaidé Aurélien Pradié.

Mais Jean-Michel Blanquer, le ministre de l’Education et Sophie Cluzel, la secrétaire d’Etat aux Personnes handicapées ont répliqué que des mesures avaient déjà été prises dans cette direction.

Par ailleurs, l’exécutif a renvoyé ces propositions à la concertation prévue fin octobre devant le Conseil national consultatif des personnes handicapées (CNCPH). Conséquence : la majorité LREM a rejeté la proposition sans plus de débat.

L’indignation de François Ruffin

Une issue qui a indigné François Ruffin. « Vous n’avez pas honte ? Honte de votre paresse ? Honte de votre sectarisme ? », a-t-il lancé dans l’hémicycle en ajoutant : « Nous avons dans le pays des femmes, des milliers de femmes qui accompagnent les enfants handicapés dans les écoles. Elles sont sous-payées, avec des contrats ultra-précaires. Pour changer ça, quelle proposition de loi avez-vous portée ? Rien, aucune ! »



Et de poursuivre : « J’espère que le pays ne vous le pardonnera pas. Vous êtes 300 et vous n’avez même pas participé aux échanges. Vous vous êtes contentés de voter contre, contre, (...) Lire la suite sur LeParisien.fr

Soupçons d'emplois fictifs : Marine Le Pen mise en examen pour «détournements de fonds publics»
Taxe d’habitation : «C’est le problème d’Emmanuel Macron»
Demande d’expertise psychiatrique publiée sur Twitter : enquête ouverte contre Marine Le Pen
Emmanuel Maurel quitte le PS
Remaniement : le mystère de la «short list» des ministres potentiels