Égypte: la peur d'une dévaluation de la livre provoque une ruée vers l'or

En Égypte, la peur d’une nouvelle dévaluation de la livre a provoqué une véritable ruée sur l’or. Le gramme d’or 21 carats a battu le record en Égypte en frisant l’équivalent de 60 euros, soit 50% du SMIC. Seules l’arrivée de l’Aïd et la fermeture des magasins a freiné la frénésie.

Avec notre correspondante au Caire, Alexandre Buccianti

À 9 heures du matin, devant la bijouterie Bajocchi, la plus vieille d’Égypte, il y avait des gens qui attendaient impatiemment l’ouverture. Ils voulaient acheter de l’or et disposaient de liquidités pouvant aller jusqu’à 10 000 euros. Du jamais vu nous explique les Bajocchi père et fils.

Sur le site de Bullion Trading Center, le géant de ventes d’or d’Égypte, tout est en rupture de stock. De la petite médaille au lingot d’or d’un kilo. Selon Raoul Bajocchi cette ruée sur l’or vise à prévenir une nouvelle dévaluation.

La livre qui devrait encore perdre de sa valeur

La livre qui a déjà perdu, il y a un mois, 15% de sa valeur face au dollar pourrait en perdre 20 % de plus. Et plus question de chercher refuge dans la devise américaine, le gouvernement ayant durci les règles du marché des changes et opéré des arrestations préventives dans le milieu du marché noir.

En attendant, un tiers des Égyptiens qui vivent sous le seuil de pauvreté doivent se débrouiller avec des prix qui ont augmenté de 25% en un mois.

À écouter: Le monde arabe en ordre dispersé face à la crise mondiale

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles