Égypte: libération d'Ismaïl Alexandrani, journaliste détenu depuis 2015

Le drapeau égyptien - Image d'illustration - Ozan KOSE / AFP
Le drapeau égyptien - Image d'illustration - Ozan KOSE / AFP

Un journaliste et spécialiste du mouvement jihadiste devenu symbole de la répression en Égypte, Ismaïl Alexandrani, a été relâché ce lundi, sa peine de prison de 10 ans ayant été commuée en octobre, a indiqué son avocat Khaled Ali.

"Ismaïl Alexandrani a été relâché, il est désormais libre", a écrit dans un message publié sur les réseaux sociaux Khaled Ali, défenseur des droits humains et ancien candidat à la présidence.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Condamné à dix ans, puis sept ans de prison

Ismaïl Alexandrani, l'un des très rares experts des mouvements islamistes armés dans la péninsule égyptienne du Sinaï, avait été incarcéré en 2015 pour "appartenance" à la confrérie interdite des Frères musulmans. Il était également accusé d'avoir publié des "secrets militaires".

En mai 2018, il a été condamné en première instance à 10 ans de prison par la justice militaire. La cour d'appel militaire a ramené en octobre dernier cette peine à sept ans.

Des libérations d'opposants accueillies avec scepticisme

L'Égypte, pays le plus peuplé du monde arabe avec 104 millions d'habitants, compte plus de 60.000 prisonniers d'opinion selon des ONG. Elle est par ailleurs en queue du classement mondial des libertés universitaires de l'Academic Freedom index (AFi).

Les récentes grâces présidentielles et la libération de plusieurs dissidents ont été accueillies avec scepticisme.

Au total, 766 prisonniers politiques ont été libérés depuis avril, mais deux fois plus de personnes ont été arrêtés au cours de la même période, selon des données compilées par Amnesty International.

Article original publié sur BFMTV.com