En Égypte, Jean-Yves Le Drian doit passer un message d’apaisement au monde arabe

·2 min de lecture

Depuis une dizaine de jours le mouvement Boycott France continue d’être diffusé sur les réseaux sociaux et principalement dans le monde arabe, après le discours d’Emmanuel Macron en hommage à Samuel Paty. C’est dans ce contexte que Jean-Yves Le Drian doit se rendre ce samedi en Égypte.

De notre correspondant au Caire, Édouard Dropsy

Le président de la République avait défendu le droit de publier des caricatures. Depuis, le chef de l’État s’est exprimé sur la chaîne qatari al-Jazeera pour éclaircir ses propos.

Contrairement à d’autres pays du monde arabe, lÉgypte n’a pas été frappée de plein fouet par le mouvement de boycott contre la France.

Le président Sissi s’est tout de même exprimé le 29 octobre dernier à l’occasion du Mawlid Nabawi, la cérémonie de commémoration de la naissance du prophète.

►À écouter aussi : Les exportations françaises sont-elles menacées par le boycott du monde arabo-musulman?

S’il a rappelé l’esprit de tolérance de l’islam, il a par ailleurs déploré que les valeurs religieuses puissent être dénigrées.

Mais pour Stéphane Romatet, l’ambassadeur de France en Égypte, les relations entre les deux pays restent bonnes: « L’Égypte n’a pas intérêt, en réalité, à ce qu’il y ait ces controverses qui s’alimentent. L’Égypte a une relation très particulière avec la France. Ne pas oublier aussi qu’appeler au boycott des produits français en Égypte qui sont fabriqués ici en Égypte par des entreprises françaises, c’est pénaliser l’économie égyptienne », explique-t-il.

Lors de sa visite éclair ce dimanche, Jean-Yves Le Drian rencontrera le président égyptien mais également le cheikh de la mosquée d’al-Azhar qui avait eu des mots durs contre la France.

Une visite dont l’un des buts est de calmer les choses dans cette séquence diplomatique mouvementée, alors que les menaces contre les ressortissants français augmentent dans le monde arabe.