Égypte: les femmes au volant font le buzz sur les réseaux sociaux

·2 min de lecture

En Égypte, les moqueries concernant la « conduite de harem » c’est-à-dire la conduite des femmes sont devenues un exercice de style. Un phénomène viral qui n'a pas laissé les femmes sans ressources. Bien au contraire !

La tendance a démarré en Arabie saoudite. Jusqu’à très récemment les femmes n’avaient pas le droit de conduire. Pour les islamistes wahabites dont les préceptes ont dominé la péninsule durant un siècle, la place de la femme était à la maison ou dans un harem. Le fait que près d’un demi million de femmes aient obtenu un permis de conduire a été mal accueilli par des hommes qui ont commencé à se moquer de « la conduite de harem » sur les réseaux sociaux.

Le virus a franchi la Mer Rouge pour atteindre l’Égypte. Du fait du nombre important d'utilisateurs des réseaux sociaux, une quarantaine de millions, les critiques contre les femmes au volant sont devenues une pandémie. Vidéos d’accidents et posts accusant les femmes d’incompétence ont fleuri poussant certains à réclamer le retrait du permis de conduire au « harem ».

Les femmes au volant des réseaux sociaux aussi

Mais les femmes ont contre attaqué sarcastiquement et scientifiquement. Sur les réseaux on a vu des photos de femmes qui ont placardé à l’arrière de la voiture « femme au volant, prends l’autre file », « ne klaxonne pas. Quand je m’énerve je ralentis », « interdisez les harceleurs au volant ».

On a pu aussi lire sur les réseaux sociaux « et avant que les femmes ne conduisent, il n’y avait pas d’accidents et d’embouteillages ». Certains ont republié des études égyptiennes démontrant que globalement les femmes conduisaient mieux que les hommes qui perdaient plus facilement leur calme.

Des conductrices de longue date

Les femmes arabes au volant peuvent aussi se prévaloir d'une longue histoire. La première femme à officiellement conduire en Égypte, au Moyen-Orient et en Afrique est Abbassia Ahmad Farghali.

Abbassia a obtenu son permis de conduire égyptien en juillet 1929 à Alexandrie. Elle n’a pas eu à passer d’examen puisqu’elle détenait un permis de conduire français depuis 1920.

Depuis, le nombre de femmes au volant s’est nettement accru pour se rapprocher des 40% de permis de conduire dans la Vallée du Nil. Et comme pour mettre un terme à toute contestation une internaute écrit « les sociétés d’assurances préfèrent les femmes au volant ». Statistiquement, elles font beaucoup moins d’accidents que les hommes dans un pays où quatre mille personnes sont tuées sur la route chaque année.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles