Égypte antique : à l'Ancien Empire, l’âge d'or des pyramides

·1 min de lecture

Pour assurer l’éternité de Pharaon, dont la mort met en péril l’équilibre du monde, les Égyptiens ont inventé de gigantesques escaliers destinés à le conduire jusqu’aux dieux. Mais si les pyramides, cinq millénaires plus tard, témoignent encore de la puissance de l’Égypte, leur construction demeure un mystère.

Cet article est issu du Hors-série de Sciences et Avenir n°197 daté avril-mai 2019.

"Les Égyptiens ne nous ont laissé aucune information sur la façon dont les pyramides ont été construites, sourit Audran Labrousse, directeur de recherche honoraire au CNRS et membre de la Mission archéologique franco-suisse de Saqqarah, à 35 kilomètres au sud-ouest du Caire. Une situation très problématique, qui explique notamment pourquoi ces dernières attisent autant les curiosités et les fantasmes."

Très populaire de nos jours encore, l’image de milliers d’esclaves courbant l’échine sous les coups de fouet et le poids des blocs de pierre qu’ils déplacent est ainsi dépourvue de toute véracité. L’esclavage n’existe pas en Égypte ancienne : l’ensemble de la population était soumis à la corvée, un système qui imposait des journées de travail au bénéfice de l’État. Les bâtisseurs des pyramides étaient ainsi logés avec leur famille et nourris à proximité du chantier, dans un village construit spécialement pour eux." Organisé et rationnel, le chantier de la Grande Pyramide compte environ 5.000 ou 6.000 ouvriers dans les carrières, quelques milliers d’autres pour les transferts des blocs et autant pour leur pose. Soit 15.000 à 20.000 personnes au total, travaillant simultanément. La découverte, entre 2013 et 2017, des Papyrus de la mer Rouge - près de 300 fragments vieux de 4.600 ans retrouvés sur le site d’Ouadi el-Jarf - par Pierre Tallet, professeur à l’Université Paris-Sorbonne, a permis de renforcer cette théorie.

Tombeaux monumentaux, les pyramides, destinées aux pharaons, apparaissent durant l’Ancien Empire (v. 2700 - 2200). Elles sont l’aboutissement d’une longue tradition funéraire dont l’élan se dessine dès le 4e millénaire avant notre ère, alors que s’inventent la royauté et l’immortalité : "Si elle marque une extraordinaire évolution de l’architecture monumentale, la naissance des pyramides n’est pas, en réalité, le fruit du hasard, explique l’archéologue. Nous avons ainsi re[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles