Égypte: il y a dix ans, Hosni Moubarak tombait

·1 min de lecture

C’était il y a dix ans, Hosni Moubarak annonçait sa démission après avoir passé trente ans au pouvoir. La pression populaire aura eu raison du vieux raïs et du régime militaire. Mais les espoirs seront de courte durée. À peine deux ans après, l’armée a repris le pouvoir. Et aujourd’hui, au moins 60 000 prisonniers politiques peuplent les geôles égyptiennes.

La circulation a repris ses droits sur la place Tahrir. Mais du 25 janvier au 11 février 2011, ce sont des dizaines de milliers d’Égyptiennes et d’Égyptiens qui ont occupé le coeur névralgique du Caire et obtenu le départ d’Hosni Moubarak.

À lire aussi : 2011-2021, dix ans après, où en sont les printemps arabes?

Ahmed était là: « C’était un sentiment très étrange et très fort. Je peux encore le ressentir aujourd’hui. C’est quelque chose inattendu auquel on aurait jamais rêvé ». Rapidement, des élections sont organisées, remportées par les Frères musulmans. Mais un an plus tard, l’armée reprend le pouvoir à la faveur d’un coup d’État. Depuis, au nom de la lutte contre le terrorisme, toute mise en cause de l’exécutif est réprimée.

« Ce que l’on voit en Égypte, c’est des milliers et des milliers d’opposants rien que parce les autorités ont vu sur leur page Facebook quelques posts critiquant le régime. Ceux-là sont accusés d’un , des plus graves crimes qui peut exister : le terrorisme », explique Mohamed Lotfy, directeur de l’ECRF, une organisation de défense des droits de l’Homme.

Dix ans après après la chute d’Hosni Moubarak, les espoirs de changement sont désormais bien loin.

À lire aussi : Égypte, une révolution confisquée ?