Nawal el-Saadawi, la voix du féminisme égyptien, s'est éteinte

Par Le Point Afrique
·1 min de lecture
La romancière féministe et militante des droits de l’homme Nawal el-Saadawi a combattu sur tous les fronts pendant des décennies. Elle s'est éteinte dimanche 21 mars à l'âge de 89 ans.
La romancière féministe et militante des droits de l’homme Nawal el-Saadawi a combattu sur tous les fronts pendant des décennies. Elle s'est éteinte dimanche 21 mars à l'âge de 89 ans.

Souvent décrite comme la « Simone de Beauvoir du monde arabe », Nawal el-Saadawi, est décédée dimanche à l'âge de 89 ans, ont annoncé les médias égyptiens. Sa mort a ensuite été confirmée par le ministre égyptien de la Culture, Inas Abdel-Dayem, qui n'a pas précisé de cause. Mondialement reconnue pour ses écrits brisant les tabous du sexe et de la religion, celle qui fut médecin, militante et écrivaine a été pendant des décennies une figure controversée dans son propre pays, l'Égypte. Autrice d'une cinquantaine d'ouvrages, traduits dans une trentaine de langues, elle s'est prononcée tout au long de sa vie contre la polygamie, le port du voile islamique, l'inégalité des droits de succession entre hommes et femmes en islam et surtout l'excision, une pratique qu'elle avait subie à l'âge de 6 ans et qui concerne encore aujourd'hui plus de 90 % des Égyptiennes. « Je ne me soucie pas des critiques universitaires ou du gouvernement, je ne cherche pas les prix », avait déclaré, dans un entretien à l'AFP en 2015, cette psychiatre de formation, célèbre pour ses convictions de gauche et anti-islamistes. Son franc-parler et ses positions audacieuses sur des sujets jugés tabous par une société égyptienne largement conservatrice lui ont valu des ennuis avec les autorités, les institutions religieuses et les islamistes radicaux. « La jeunesse, en Égypte et à l'étranger, m'a toujours couverte d'amour et de reconnaissance », soulignait encore celle dont le tempérament d'ac [...] Lire la suite