Les Églises du Tchad appellent à une réorientation de la transition

Dans une déclaration lundi 1er mai, l’Église catholique et les trois principales organisations protestantes constatent que la transition n’a pas tenu ses promesses et appellent le Conseil militaire de transition à réviser sa copie pour que le pouvoir revienne aux civils dans le cadre d’un processus démocratique.

Avec notre correspondant à Ndjamena, Madjiasra Nako

Les représentants des communautés chrétiennes étaient autour de la table lundi après-midi dans les locaux de la Conférence épiscopale du Tchad pour appeler le Conseil militaire de transition, au pouvoir depuis la mort d’Idriss Déby Itno il y a un an, à changer de méthode de gouvernance. L'abbé Xavier Kouldjim a pris la parole au nom des organisations chrétiennes.

« Beaucoup de promesses de changement ont été faites par le CNT pour une brève période de transition. Mais on ne voit pas d'amélioration notable dans la gouvernance des institutions. Nous constatons que les conditions susceptibles d'assurer le succès de ce dialogue national inclusif ne sont pas encore toutes réunies. »

Pour les chrétiens du Tchad, le dialogue national inclusif qui sera organisé après le report de celui annoncé pour le 10 mai prochain, doit faire de la place à tous les fils du Tchad.

« Nous osons croire que le dialogue national inclusif prochain ouvrira des voies nouvelles vers une transition civile consensuelle et respectueuse de l'ordre constitutionnel afin de mériter véritablement son caractère national et inclusif », a précisé l'abbé Xavier Kouldjim.

Les Églises invitent tous les acteurs de la transition à œuvrer pour que la transition en cours aboutisse à la mise en place d’un régime véritablement démocratique.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles