Égalité des sexes. Le Missoir, le premier urinoir pour femmes, installé à Berlin

·1 min de lecture

Pour Lena Olvedi, faire pipi est une question politique puisque, là aussi, hommes et femmes ne sont pas égaux. Pour faire un pas de plus vers l’égalité des sexes, elle crée le Missoir, un urinoir féminin dont le premier modèle permanent vient d’être mis en place à Berlin.

Tandis que les urinoirs extérieurs sont disponibles gratuitement pour les hommes, les femmes doivent payer pour les toilettes publiques. Pour Lena Olvedi, inventrice du Missoir, il s’agit de rétablir une égalité entre les sexes, au moins sur ce plan-là.

D’abord utilisé lors de concerts et festivals, le Missoir s’installe définitivement à Berlin. Le premier exemplaire permanent a été installé dans le parc de Hasenheide, à Berlin, rapporte Die Zeit.

Le concept

Lena Olvedi est en “mission de changement sanitaire”. Contrairement aux toilettes à la turque, le Missoir fonctionne sans eau et dispose d’une protection contre les éclaboussures ainsi que d’un drain plus large, explique l’hebdomadaire allemand. De plus, conçu de cette façon, cet urinoir féminin n’a pas tendance à sentir aussi mauvais que les toilettes publiques et urinoirs classiques.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Outre l’aspect sanitaire, le Missoir est également simple d’utilisation. Il suffit de s’accroupir au-dessus de la grille en se tenant aux deux poignées métalliques situées de part et d’autre de l’urinoir. L’urine disparaît simplement à travers la fine grille, et ce sans éclaboussure, donc !

Plus d’égalité

N’importe quelle femme le sait : la file d’attente pour aller aux toilettes est bien souvent interminable. De plus,

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles