Éducation : "Tant que nous le pourrons, nous voulons garder les lycées ouverts", clame Philippe Vincent

Alors que l'épidémie de Covid-19 est toujours aussi préoccupante en France, le gouvernement pourrait décider, jeudi 12 novembre, la fermeture imminente des lycées, où les mesures de distanciation sociale sont difficilement respectées. Une hypothèse qui ne séduit pas Philippe Vincent, bien au contraire. "Au printemps dernier, nous avons vu les dégâts provoqués par le confinement en matière de rupture scolaire, rappelle le secrétaire général du syndicat des directeurs d'établissement (SNPDEN-UNSA). Tant que nous pourrons, nous voulons garder des lycées ouverts, même dans des conditions aménagées." Opter pour une solution hybride ? Afin de donner davantage de marge de manœuvre aux proviseurs, le ministre de l'Éducation nationale Jean-Michel Blanquer a autorisé, jeudi 5 novembre, le recours partiel aux cours à distance. "Cette solution hybride peut être assez simple, à condition que les élèves reviennent en classe au moins un jour sur deux", note Philippe Vincent, qui ajoute : "L'enseignement à distance n'est pas un échec assuré mais il demande un effort supplémentaire, c'est une évidence."