Éducation positive: attention au piège de la «liberté du vide»

Hegel nous rappelle que la liberté ne se réduit pas au refus de tout contenu extérieur, jugé alors comme étant simplement «une restriction» inadmissible. | Kelly Sikkema via Unsplash
Hegel nous rappelle que la liberté ne se réduit pas au refus de tout contenu extérieur, jugé alors comme étant simplement «une restriction» inadmissible. | Kelly Sikkema via Unsplash

L'éducation positive est une belle idée. C'est pourquoi de nombreux parents ont cru trouver en elle les fondements d'une pratique éducative libératrice pour leurs enfants. Cependant, elle expose à des pièges qui, si l'on n'y prend garde, risquent d'interdire tout vrai travail éducatif. La «grande Ombre» de Hegel, telle qu'Alain l'évoque dans ses Propos sur l'éducation, peut à ce sujet nous «parler» très fort. Écoutons-la.

L'espoir des parents qui adoptent le modèle d'une éducation positive est de travailler à l'émergence d'enfants libres, un peu à l'image des Libres enfants de Summerhill, qui eurent leur heure de gloire dans les années 1960. Il est clair qu'il est difficile de s'élever contre les idées directrices de l'éducation positive, dont les maîtres-mots sont écoute, respect et accompagnement: promouvoir une éducation fondée sur l'empathie; développer une coopération entre les parents et les enfants, les adultes et les jeunes; accompagner l'enfant en étant à l'écoute de ses besoins; faire apprendre en s'appuyant sur les forces individuelles et la motivation personnelle. Qui pourrait y trouver à redire?

Mais l'éducation positive se heurte très vite au problème des limites éducatives. Car il ne faut pas se méprendre sur la liberté. Ce qui est souvent décrit comme une «violence éducative», en tant que contrainte, refus de certains comportements, et, inversement, imposition de manières d'être et de faire conformes à des normes ou à une morale, est-il, par principe, et toujours, attentatoire à la liberté?

La liberté du vide

Hegel nous rappelle que la liberté ne se réduit pas au refus de tout contenu extérieur, jugé alors comme étant simplement «une restriction» inadmissible. Cette «liberté négative» n'est qu'une «liberté du vide», qui n'existe que dans la destruction de ce qui s'oppose à elle. Il...

Lire la suite sur Slate.fr.