Éducation : un mouvement de grève pour réclamer un nouveau protocole sanitaire

Mardi 10 novembre, à Paris, les forces de l'ordre ont été les plus rapides. Une charge et les dizaines de manifestants ont dû rebrousser chemin avant de pouvoir bloquer l'accès du lycée Colbert. Enseignants mais aussi élèves étaient là pour réclamer un nouveau protocole sanitaire dans les collèges notamment. Mais l'inquiétude des lycéens demeure également. "Je n'ai pas envie d'infecter qui que ce soit, car je veux qu'il y ait une continuité pédagogique," avoue l'un d'eux. Effectifs trop nombreux dans des locaux trop petits Il y a aussi eu quelques tensions à Saint-Nazaire (Loire-Atlantique), devant le lycée Aristide-Briand. À la suite de brefs affrontements, les protestataires ont disparu derrière un épais nuage de gaz lacrymogène. Dans toute la France, des professeurs étaient en grève afin de dénoncer un protocole sanitaire impossible, selon eux, à appliquer. Effectifs trop nombreux dans des locaux trop petits : voici le leitmotiv, y compris dans le primaire. Selon le ministère de l'Éducation, moins de 10% des professeurs ont suivi cette journée de grève.