Éducation. En Espagne, la région autonome de Murcie veut autoriser le veto parental à l’école

El País (Madrid)
·2 min de lecture

En Murcie, les parents pourraient avoir la possibilité de censurer les activités éducatives de leurs enfants à l’école. Cette mesure soutenue par le gouvernement régional de droite est une proposition phare du parti d’extrême droite Vox, indique ce quotidien généraliste.

“La Murcie sera la première région autonome à autoriser le veto éducatif parental”, titre le journal de centre gauche El País, samedi 20 mars. Le gouvernement de la région autonome située dans le sud-est de l’Espagne veut adopter une mesure qui permette aux parents de censurer les activités éducatives de leurs enfants à l’école, en particulier sur des questions morales ou liées à la sexualité.

Cette proposition avait suscité la controverse et provoqué le dépôt d’une motion de censure de la part du Parti socialiste (PSOE) et de citoyens de la région. Mais un pacte passé entre le président de la région, Fernando López Miras (PP, droite) et trois députés dissidents de Vox (extrême droite) – expulsés du parti mais favorables à ce veto parental – rebat les cartes.

À lire aussi: Politique. Nouvelle poussée de l’extrême droite espagnole

Cette mesure incluant le veto parental “prévoit notamment le consentement tacite […] des parents, qui devront s’opposer expressément à ce que leurs enfants assistent à tel ou tel débat ou atelier sur le temps scolaire”, dévoile le quotidien le plus lu du pays.

Le veto parental est “l’un des promesses électorales de Santiago Abascal”, le leader de Vox en Espagne. “Vox justifie le veto parental au nom du combat contre ce qu’il appelle ‘l’endoctrinement dans les classes’ par des collectifs féministes et LGBTI”, rapporte le journal. Le parti d’extrême droite avait échoué à faire adopter ce dispositif en Andalousie et dans la région autonome de Madrid.

Les tribunaux auront le dernier mot

Les deux présidents des régions autonomes de Madrid et de

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :