Éducation : des étudiants refusent les examens en présentiel et portent plainte contre deux ministres

Léa et Tony sont étudiants en deuxième année de BTS commercial. Leur examen final se déroulera en présentiel, ce qui les met en colère. Ils n'apprécient pas ce rassemblement d'élèves, alors que les cours à distance leur sont imposés depuis un an. Au-delà de l'aspect sanitaire, ils soulèvent un problème d'équité. "Déjà l'année dernière, on a pu mettre en place un contrôle continu alors qu'ils étaient arrivés au terme de leurs cours, donc ils ont eu tous les cours, explique Léa. Et nous, on a été impactés sur un an et demi, mais on compte quand même nous faire passer un examen." Plainte contre Jean-Michel Blanquer Les élèves de BTS réclament un contrôle continu, en lieu et place des examens de fin d'étude. Ils ont porté plainte contre le ministre de l'Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer. La ministre de l'Enseignement supérieur, Frédérique Vidal, se veut rassurante. "On a déjà l'expérience de concours qui parfois ont rassemblé des centaines d'étudiants venant de toute la France, (…) avec aucune constatation de cluster formé lors de ces examens", a-t-elle commenté mardi 27 avril, sur France Inter. Seule concession, les étudiants auront droit à une session de rattrapage. Certains syndicats lycéens réclament également le passage du baccalauréat en contrôle continu, à 100%. "Les lycées privés, pour la plupart, sont restés en 100% présentiel très longtemps alors que les lycées généraux sont passés assez rapidement dans cette dimension de la demi-jauge, donc il y a une égalité qui est totale", estime Pablo Béjar, secrétaire national du mouvement national lycéen (MNL). Dans l'enseignement supérieur, chaque établissement pourra à compter du 3 mai décider des modalités d'examen.