"Édouard, mon pote de droite", cinq moments forts du documentaire

·2 min de lecture

Dans le documentaire «Édouard, mon pote de droite, épisode 3 : Aux manettes» , le réalisateur Laurent Cibien, qui filme Edouard Philippe depuis 2004, a immortalisé les coulisses de Matignon pendant trois ans. Dans ce film de trois heures diffusé dimanche sur France 5, l'ex-Premier ministre raconte l'exercice du pouvoir, sa relation avec Macron, la gestion des crises et ses angoisses. 

Septembre 2018, la démission surprise de Nicolas Hulot

La démission surprise de Nicolas Hulot à la rentrée 2018, annoncée en direct sur France Inter, Edouard Philippe l’apprend à Matignon par le texto d’un ami avec juste écrit «Hulot!» et comprend, en entendant courir dans le bureau voisin, qu’il se passe quelque chose. Son premier sentiment sur cette annonce? «C’est une façon peut-être un peu cavalière. Nicolas Hulot avait des sujets un peu compliqués à gérer pendant qu’il était ministre et à chaque fois (…) je l’avais soutenu, défendu, j’avais été à la télévision pour le défendre. Il comprend que la priorité absolue de l’ex-animateur soit le changement climatique mais rétorque : «j’ai aussi besoin d’argent pour les hôpitaux». «Tu peux dire qu’il y a des choses urgentes en reconnaissant que ce ne sont pas les seules», explique-t-il. «Moi dans mon parcours, je pense que le plus important c’est l’école.»

Epiloguant sur les arbitrages et les contraintes du «réel» à faire entre l’économie, la santé, l’écologie, il a une phrase qui résonne plus particulièrement alors que le pays est secoué depuis 2020 par l’épidémie de coronavirus : «Peut-être que dans cinq ans on me reprochera de ne pas avoir augmenté les efforts dans la recherche médicale, parce qu’il y aura un virus qu’on a pas vu venir».

Lire aussi :Les étonnantes confidences d'Edouard Philippe

Novembre 2018, gilets jaunes et «globules blancs»

Interrogé début novembre 2018 sur le premier rendez-vous à venir des gilets jaunes, le Premier ministre confie : «Je ne m’inquiète pas particulièrement , il y a des choses qui m’inquiètent beaucoup plus que ça». Ce premier samedi de manifestation il l’a suivi depuis son bureau à Matignon, entre les images des chaînes de(...)


Lire la suite sur Paris Match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles