Édouard Philippe, qui va créer son parti, "va devoir se positionner", prévient un allié de la majorité

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
L'ancien Premier ministre Edouard Philippe  le 21 juillet 2021 à Paris - Ludovic MARIN © 2019 AFP
L'ancien Premier ministre Edouard Philippe le 21 juillet 2021 à Paris - Ludovic MARIN © 2019 AFP

L'ancien Premier ministre Edouard Philippe, qui doit créer son parti le 9 octobre, "va devoir se positionner", prévient mercredi Olivier Becht, président du groupe Agir à l'Assemblée, qui unit déjà des élus de droite et du centre droit alliés de la majorité.

"Il va devoir se positionner. Créer un mouvement est évidemment son droit. C'est même une bonne chose s'il parvient à accueillir des personnalités, notamment de l'UDI ou de LR, qui n'ont pas encore rejoint la majorité", reconnaît Olivier Becht dans un entretien à Libération. "Mais s'il n'y arrive pas, il sera sur le même positionnement qu'Agir (présidé par Franck Riester, ex-LR, ndlr), qui a déjà uni depuis le début du quinquennat les élus de centre droit et de droite prêts à travailler avec le président de la République. Avoir deux structures de même sensibilité qui font la même chose, ça n'a pas d'intérêt", tranche-t-il.

Alors que la majorité LREM/MoDem/Agir travaille à la construction d'une "maison commune" en vue de la présidentielle de 2022, Agir n'est donc pas prêt à se fondre dans le parti d'Edouard Philippe (ex-LR)? "Agir a vocation à travailler avec cette nouvelle offre politique, mais vous me posez une question à laquelle je ne peux pas répondre car je ne sais pas encore ce que propose Edouard Philippe", fait valoir Olivier Becht.

Il dit par ailleurs ne pas souscrire "à ce stade" à la proposition d'Edouard Philippe d'un report de l'âge de la retraite pouvant aller jusqu'à 67 ans, soulignant la nécessité d'"élaborer un projet (...) tous ensemble".

Un parti en soutien à la majorité présidentielle

Patrick Mignola, chef de file des députés MoDem, prend également ses distances par rapport à cette proposition des 67 ans, qui peut être "choquante pour ceux ayant commencé tôt à travailler". Il préfère "parler de durée de cotisation".

Et concernant le parti de l'ancien Premier ministre, l'affaire est pour lui entendue: "nous avons pris l'initiative cet été de rapprocher les deux mouvements principaux de la majorité présidentielle, LREM et MoDem, pour qu'enfin l'espace central de la vie politique se structure", et "nous aurons besoin aussi d'alliances, qui peuvent se faire avec une droite modérée" comme celle d'Edouard Philippe, sur une "ligne libérale" plutôt qu'"identitaire", a-t-il déclaré devant l'Association des journalistes parlementaires.

"J'appelle de mes voeux qu'à gauche il y ait le même type de réaction" pour distinguer "gauche communautariste" et "gauche universaliste", cette dernière pouvant "utilement s'organiser" pour potentiellement s'allier à la majorité, a lancé Patrick Mignola.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles