Édouard Philippe « planqué » ? : l’attaque sournoise du numéro 2 d'En Marche

·1 min de lecture

Le 3 juillet 2020, Edouard Philippe, alors Premier ministre, remettait sa démission à Emmanuel Macron, dans le cadre du remaniement ministériel. Une décision qui a soulagé Jean-Michel Blanquer, ministre de l'Éducation nationale. Mais l'homme politique n'est pas le seul à être satisfait du départ de l'actuel maire du Havre. En effet, selon les informations de Challenge, Jean-Marc Borello, président du directoire du groupe SOS et délégué national d'En marche !, s'est dit soulagé "depuis le départ d’Edouard Philippe". Une remarque qui n'a pas satisfait les proches de ce dernier, qui estiment qu'il a reçu assez d'attaques venant des partisans d'Emmanuel Macron.

Pourtant, Jean-Marc Borello n'en démord pas. Selon le magazine, l'homme d'affaires aurait déclaré qu'Édouard Philippe "bloquait autant qu’il pouvait" les décisions du gouvernement. Une critique qui a surpris un ami proche de l'ancien Premier ministre : "Bloqué, lui ? Il ne croit pas si bien dire : il était franchement persona non grata à Matignon, compte tenu de ses multiples conflits d’intérêt", aurait-il déclaré auprès de Playbook, selon les informations relayées par Politico, avant de s'étonner qu'un homme "aussi sulfureux la ramène encore".

Si les différents commentaires au sujet d'Edouard Philippe ont tendance à exaspérer ses proches, l'intéressé, lui, ne semple pas mécontent d'avoir quitté Matignon. En effet, le prédécesseur de Jean Castex est loin d'être planqué, et enchaîne désormais de nouveaux projets. Edouard Philippe (...)

Lire la suite sur le site de GALA

Jamie Dornan en deuil : son père est mort des suites de la Covid-19
Jean Castex "stressé" : sa dédicace à ses filles en pleine interview
Jamel Debbouze en deuil : son père est mort "d'une maladie fulgurante"
"Je serai intraitable" : Jean-François Copé met en garde ceux qui s'en prendraient à son intégrité
VIDÉO - Julien Clerc et la drogue : « j’en ai pris y’a longtemps, j’en prends plus »